Maroc

Agadir : 27 MDH pour l’aménagement de Bab Al Marsa

Prévu sur 1,3 hectare, le projet de Bab Al Marsa Agadir sera marqué par la réalisation d’un nouveau marché de poisson et de restaurants en R+1. Au total, le projet comprendra 117 unités de restauration, avec une grande terrasse dédiée à la grillade ainsi qu’un espace de lecture.

Nouveau marché de poisson, restaurants neufs, espace de lecture, terrasse de grillade… L’entrée de l’ancien port de pêche d’Agadir, qui est marquée par des restaurants délabrés, fera peau neuve dans le cadre du Programme de développement urbain (PDU) d’Agadir 2020-2024. Dans ce cadre, les restaurants existants seront démolis pour laisser place à de nouveaux établissements modernes, auxquels s’ajouteront d’autres composantes. Le projet de Bab Al Marsa Agadir fait partie du sixième axe du PDU lié au renforcement des équipements sociaux de base et l’amélioration du cadre de vie à travers la réalisation/rénovation d’un ensemble de souks et marchés. Après le lancement des études techniques et le suivi des travaux en novembre 2020, la Société de développement local (SDL) Agadir Souss-Massa Aménagement qui fait partie des mécanismes de mise en œuvre du PDU vient de lancer l’appel d’offre ouvert (n°24/2021/S2A) afférent aux travaux de réalisation du marché de poisson et des restaurants à Bab Al Marsa Agadir.


Le coût des prestations a été estimée par le maître d’ouvrage, qui est la SDL Agadir Souss-Massa Aménagement, à plus de 27,4 MDH toutes taxes comprises. L’ouverture des plis de ce marché est, elle, prévue le mardi 18 mai 2021. Selon le cahier des prescriptions spéciales, la consistance des travaux prévus dans ce marché portent, entre autres, sur les gros œuvres, l’étanchéité, la réalisation d’une charpente métallique et toiles tendues, le revêtement du site, la réalisation des aménagements extérieurs et les équipements y afférents… Au total, les travaux devront être achevés dans un délai de 12 mois, y compris le délai de préparation et d’installation de chantier. Sur une assiette d’1,3 hectare, le projet Bab Al Marsa Agadir sera marqué par la réalisation d’un nouveau marché de poisson et des restaurants en R+1.

Restauration : une future zone d’attraction
Dans sa globalité, le projet sera composé de 78 unités de restauration avec terrasses au rez-de-chaussée en plus de 39 unités de restauration avec terrasses à l’étage. Cette future zone d’attraction sur le plan de la restauration verra aussi la réalisation d’un marché de poisson avec une halle aux poissons et des espaces de préparation, en plus d’une grande terrasse dédiée à la grillade et un espace de lecture à proximité de cette zone. Ce projet sera aussi doté d’un système de vidéosurveillance, destiné à contrôler, superviser et enregistrer les flux des populations, notamment les fonctionnaires, les visiteurs et les sous-traitants accédant au marché. Par ailleurs, le tracé de la première ligne du bus à haut niveau de service d’Agadir (Trambus Amalway) prend son départ au terminus du port d’Agadir, situé à proximité de la future zone d’attraction. Est également prévue la réalisation du pôle d’échange «Port de pêche» dans le cadre du BHNS, dont les travaux de la première section ont été déjà lancés (port-giratoire Kamra) au niveau du boulevard Mohammed V. Il sagit de la création d’une ligne prioritaire de BHNS d’environ 15,5 km de site propre, qui devra parcourir son territoire selon un axe Nord-Sud-Est. Elle reliera ainsi le port de pêche aux quartiers d’habitation en développement et desservira de nombreux pôles générateurs : le centre-ville commerçant et administratif, le souk, l’université, etc.

Kasbah d’Agadir : la réhabilitation en cours
Dans cette même zone jouxtant l’ancien port d’Agadir, d’autres projets ont été déjà lancés, notamment la mise en valeur de la kasbah d’Agadir et ses environs dans le cadre de la promotion culturelle, du patrimoine et des lieux de culte. Actuellement, le site, surtout le mur Est, a retrouvé son blanc d’origine. Ce travail est le résultat de la mobilisation d’une équipe pluridisciplinaire composée d’archéologues, d’historiens, d’anthropologues, d’architectes et d’ingénieurs. Pour restaurer la façade du mur Est, il a en effet fallu reconstruire les murs tels qu’ils étaient au moyen de matériaux locaux et de techniques ancestrales, sur des linéaments vérifiés par les archéologues selon leur état en 1960. Les fouilles menées dans le cadre de cette réhabilitation de la kasbah d’Agadir et ses abords ont permis découvrir l’entrée principale de la kasbah, ainsi que les restes de la muraille datant de la dynastie saadienne, un «mihrab» de la mosquée locale, une partie des installations réservées aux ablutions du même lieu de culte et une grande meule à grain, datant également du XVI siècle. Le projet sera marqué aussi par l’aménagement et l’éclairage de l’emblème national prévu à partir de cette année 2021.

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page