Politique

Habitat et urbanisme : vers un changement de paradigme

Permettre aux citoyens de bénéficier d’un logement décent et de qualité, et encourager l’investissement productif, tels sont les principaux objectifs du Dialogue national de l’urbanisme et de l’habitat qui vient d’être lancé.

La notion de l’Habitat et de l’urbanisme est en passe de connaître un grand changement, grâce à la concertation nationale lancée par la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Fatima-Ezzahra El Mansouri.
En effet, lors d’une cérémonie tenue en présence du Chef du gouvernement, elle a assuré que «Le Dialogue national de l’urbanisme et de l’habitat entre dans le cadre de la mise en oeuvre des Hautes Instructions Royales visant à permettre aux citoyens de bénéficier d’un logement décent et de qualité tout en encourageant l’investissement productif».
L’objectif principal de ce dialogue est de permettre l’implémentation d’un Nouveau modèle de développement au niveau de l’Habitat et de l’urbanisme, d’asseoir un cadre de référence national pour un développement urbain transparent, équitable, durable et incitatif en proposant une offre en logements prenant en compte les exigences sociales, économiques et territoriales. Il s’agit aussi d’’établir un programme d’appui pour la promotion de territoires ruraux inclusifs et résilients et également de mettre en place une approche intégrée visant la sauvegarde et la revalorisation du patrimoine bâti.
Une concertation nationale 
En effet, il faut rappeler que le contexte actuel est marqué par les crises mondiales (sanitaire et climatique) ainsi que les conflits entre pays. Autant de phénomènes qui poussent les autorités à penser autrement la question du bien-être et de l’accès au logement du point de vue coût et qualité. Toutefois, les conditions de production sont de plus en plus difficiles eu égard à la flambée des prix des matériaux, au coût élevé de l’énergie et à la pénurie mondiale de matières premières. Tous ces facteurs nous poussent vers une nouvelle manière d’appréhender l’accès au logement et les réformes à mettre en place.
«La dynamique insufflée par le Roi Mohammed VI, et l’accélération des mutations des territoires, exigent une planification fondée sur des outils innovants avec une capacité croissante en termes d’accompagnement et d’appui technique aux collectivités territoriales, aux investisseurs comme aux citoyens, en vue de conjuguer toutes les initiatives pour soutenir le processus de développement de notre pays, après les crises sanitaire et économique», affirme la ministre dans ce sens.
Afin de réussir cette transition, l’ensemble des acteurs institutionnels concernés sont donc appelés à se mobiliser pour contribuer à repenser l’urbanisme et l’habitat pour les prochaines années. Il sera question  de promouvoir des systèmes de planification territoriale et de production d’espaces de vie plus intelligents, plus innovants et participatifs, centrés sur la promotion des investissements productifs, l’inclusion sociale, la durabilité, la résilience et construits autour d’une vision prospective commune avec l’adhésion des élus, des autorités régionales et locales, des investisseurs, des habitants et où chacun puisse trouver sa place et inscrire son action.
Plusieurs ateliers sont prévus 
Lancé solennellement, le Dialogue national de l’urbanisme et de l’habitat sera décliné dans les 12 régions du pays, où les réflexions et les débats seront organisés autour de quatre ateliers thématiques, animés par des experts de haut niveau.
Le premier concerne la  «Planification et Gouvernance», dans lequel sera débattu un  système de planification territoriale rénovée, à géométrie variable, qui prend en considération les différents contextes et échelles, et qui prône la souplesse, l’adaptabilité, l’inclusion sociale et l’attractivité économique ainsi que la résilience, la durabilité, l’anticipation et l’innovation, tout en fédérant la convergence des actions publiques. Le deuxième atelier traitera de «l’Offre de logements» qui devrait passer à un nouveau mode de «produire» et «d’habiter» pour intégrer les principes apportés par le Nouveau modèle de développement. il s’agit d’une offre variée, diversifiée et territorialisée répondant aux besoins de toutes les catégories sociales, et qui soit de nature à redynamiser les performances du secteur immobilier. Un troisième atelier traitera de «l’Appui au monde rural et réduction des disparités territoriales», en mettant en place une stratégie de développement intégrée visant la cohérence et le renforcement du lien de complémentarité et de solidarité entre les territoires urbains et ruraux, la réduction des disparités et des vulnérabilités, la valorisation des territoires ruraux ainsi que la promotion de l’inclusion économique et sociale.
Le dernier axe concerne le «Cadre bâti», puisque les orientations du NMD visent principalement à garantir un accès équitable aux services publics, un cadre de vie sain et de qualité, préservant les ressources, respectant tous les affluents de l’identité nationale et garantissant la dignité de l’ensemble des citoyens. Le Cadre bâti constitue de ce fait un levier déterminant pour atteindre ces objectifs, améliorer les conditions de vie des citoyens, stimuler le développement économique et social et réduire les manifestations d’exclusion sociale et spatiale.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page