Monde

Voitures électriques : le turc Togg veut s’imposer sur le marché international

L’attention de toute la Turquie était rivée, le 29 octobre dernier sur Bursa, au nord-ouest du pays, où de hautes personnalités et des médias se sont réunis pour assister à l’inauguration de la première usine locale de voitures électriques et à la présentation de la première voiture turque de la marque «Togg», lors d’une cérémonie retransmise en direct sur toutes les chaînes locales.

De couleur rouge vif, la voiture électrique à quatre roues motrices, qui circulait dans les allées de l’usine, a ébloui et conquis le cœur de l’assistance, renforçant l’ambition de la Turquie de s’imposer sur le marché international des voitures électriques. Après plusieurs tentatives sans succès dans les années soixante, la Turquie a pu concevoir une voiture locale qui possède tous ses droits de propriété intellectuelle.

Les responsables turcs n’ont cessé de répéter, dans leurs déclarations et communiqués de presse à l’occasion de l’inauguration de cette usine, la réplique: Le rêve de 60 ans devenu réalité». Les premiers signes d’un projet de construction de la première voiture électrique turque remontent à 2018, lorsque le groupe d’entreprises supervisant la conception de la voiture locale turque, connu sous le nom de «Togg», a été créé, et il se composait de cinq sociétés:

Anadolu Group, BMC, Kök Group, Turkcell et Zorlu Group, sous la direction de l’ancien responsable de la filiale du géant allemand de la technologie (Bosch) en Turquie, Gürcan Karakaş. À cet effet, une immense usine a été construite sur une superficie d’environ 1,2 million de mètres carrés dans le centre industriel de Gemlik, dans la région de Bursa. L’usine devrait employer 4.300 personnes lorsqu’elle atteindra une capacité de production de 175.000 unités par an. Le groupe Togg a indiqué qu’il prévoyait de produire un million de voitures d’ici 2030.

Le choix s’est porté sur la région de Bursa car elle est considérée comme le pôle industriel de l’automobile par excellence du pays, d’autant qu’elle comprend l’usine de la marque franco-turque Oyak-Renault, et celle de la marque turque-italienne Tofaş. Togg a l’ambition de produire cinq séries de modèles. Elle commencera par les SUV, qui entreront en production au cours du premier trimestre 2023. Les berlines et hatchback seront par la suite ajoutés à la gamme, avant de compléter la ligne de produits avec les SUV-B et les MPV-C.

Selon les données techniques révélées par le groupe, la voiture électrique devrait se recharger à 80% en moins de trente minutes avec une recharge rapide pour une autonomie de 300 à 500 km. Les tests ont montré que la voiture mettra environ 7,6 secondes pour accélérer de zéro à cent kilomètres par heure avec une puissance de 200 chevaux, et moins de 4,8 secondes avec un moteur de 400 cheveaux.

Les autorités turques espèrent que la Togg sera un véritable «démarrage réussi» pour l’industrie automobile locale, le pays ayant déjà tenté de lancer deux voitures qui n’ont pas durer, le Devrim en 1961 et l’Anadolu en 1966.

S.N avec AFP / Les Inspirations ÉCO

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page