Monde

USA : un risque majeur de défaut de paiement plane sur les prêts étudiants

Après la pause octroyée sur les remboursements de certains prêts étudiants aux États-Unis, près de 40 millions d’Américains devront recommencer à rembourser ces crédits, à partir de mai, avec le risque de voir se multiplier les défauts de paiement. 

Le prêt étudiant a toujours été un casse-tête pour les étudiants et leurs parents aux États-Unis. La crise économique induite par la pandémie est venue jeter de l’huile sur le feu. Aujourd’hui, près de 40 millions d’Américains devront renouer avec le remboursement de leurs prêts étudiants, après deux années de pause, au risque de voir se multiplier les défauts de paiement, selon une étude de la FED.

Ces emprunteurs, «sont susceptibles de connaître une augmentation significative des défauts de paiement, tant pour les prêts étudiants que pour les autres dettes, une fois le moratoire expiré», soulignent, dans cette étude publiée mardi, Jacob Goss, Daniel Mangrum et Joelle Scally, économistes à l’antenne new-yorkaise de la banque centrale américaine (Réserve fédérale, FED). Pour rappel, une pause sur les remboursements de certains prêts étudiants avait été décrétée en mars 2020 par l’ancien président Donald Trump puis prolongée à plusieurs reprises par Joe Biden, désormais jusqu’au 1er mai 2022, rappelle l’AFP avant d’ajouter qu’environ deux tiers des emprunteurs ont pu bénéficier de ce moratoire.

Mais, poursuit la même source, pour le tiers restant qui a dû continuer à rembourser les échéances des prêts étudiants, les défauts de paiement sur d’autres prêts se sont multipliés. Ainsi, les auteurs de l’étude relèvent un taux d’impayés sur les autres prêts qui est supérieur de 33% chez cette catégorie d’emprunteurs par rapport à ceux ne disposant pas de prêt étudiant. Ces analystes craignent, qu’avec la reprise programmée des paiements pour tous les emprunteurs, ces difficultés s’aggravent. «Les responsables politiques ont envisagé plusieurs propositions pour adoucir la fin du moratoire », soulignent-ils.

Certains souhaitent même une annulation pure et simple d’une partie de la dette étudiante, et 85 élus démocrates avaient envoyé, fin janvier, un courrier en ce sens à Joe Biden. Selon un rapport de la FED, datant de juin 2021, le montant total des prêts étudiants aux États-Unis atteint, désormais, 1.700 milliards de dollars, constituant ainsi le deuxième poste d’endettement des ménages derrière l’immobilier, conclut la même source.

Agences / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page