Monde

ONU : 8 milliards d’habitants, bonne ou mauvaise nouvelle ?

La planète est désormais forte de 8 milliards d’habitants. Une annonce qui intervient dans un contexte marqué par l’inégalité de répartition de la population et des richesses accumulées entre les continents, les régions et les nations du monde. La bonne nouvelle ? Les gens vivent plus longtemps et ont moins d’enfants. Petit point sur la situation au Maroc. 

Il aura fallu seulement onze ans pour peupler la planète de ce milliard supplémentaire. A cette occasion, et en coopération avec le ministère de la Santé et de la protection sociale, le FNUAP au Maroc a fêté plusieurs naissances qui ont coïncidé avec le 15 novembre, date à laquelle la population mondiale a franchi le cap des 8 milliards d’habitants. L’occasion aussi de réfléchir sur les opportunités qui s’offrent à la population mondiale et les enjeux liés à bon nombre de problématiques démographiques. Aujourd’hui, les débats s’orientent autour de la question des changements à faire. Le monde a atteint 7 milliards d’habitants en 2011 et l’ONU prédit qu’il n’atteindra pas 9 milliards avant 15 ans.

Cette décélération de la croissance démographique s’explique par un certain nombre de facteurs, notamment un contrôle des naissances plus facilement disponible et une meilleure éducation. Cela dit, certains pays ont des taux de natalité si bas que l’ONU prédit qu’ils ne seront pas en mesure de maintenir leur population. Concernant la structure par âge de la population du Maroc, on assiste à une inversion de la pyramide des âges, avec une progression de la population en âge d’activité des personnes âgées.

On remarque par contre un recul de la part des jeunes qui se poursuivra principalement en raison de la baisse de la fécondité. Chose qui conduira à une diminution de la population des enfants. L’effectif des enfants de moins de 15 ans baisserait de 9,3 millions à près de 7,8 millions entre 2022 et 2050 et leurs poids passerait de 25% à environ 18% en 2050. Le rapport note également une régression de l’effectif censé être scolarisé entre le préscolaire et le supérieur (3-22 ans) dont le taux passerait de 33,6% à 24,5% entre 2022 et 2050.

Le rapport relève que cette baisse pourrait constituer un atout en vue de relever les performances du système éducatif en qualité et en fréquentation scolaire. Autrement, le prolongement de la tendance constatée marquée par plusieurs problèmes, notamment la déperdition, les disparités spatiales et la faible fréquentation scolaire, pourrait se répercuter de façon négative sur le capital humain du Maroc et sur sa compétitivité.

La pression sur le marché du travail ne cessera pas
Toujours selon les statistiques, le nombre d’actifs potentiels (15-59 ans) s’accroîtrait de 22,9 à 25,7 millions et va exercer une pression plus forte sur le marché de l’emploi. L’effectif des jeunes entrant sur le marché du travail (18-24 ans) devrait fluctuer autour de 4 millions dans les prochaines années. Cette pression sur le marché de l’emploi s’accentuerait avec l’entrée prévisible croissante des femmes dans les années à venir, et ce, grâce à leur scolarisation poussée.

Le nombre de ménages augmentera
Le nombre de ménages passerait de 8,8 millions actuellement à près de 13,7 millions en 2050, soit une hausse de 43%. On notera aussi une diminution de la taille moyenne des ménages, qui sera de 4,2 en 2022 à 3,2 en 2050. Cette évolution des ménages poserait des défis en termes de création de logements et des biens d’équipement.

En effet, 5 millions de logements nouveaux seront nécessaires. La question sur la migration a également été évoquée, et en particulier la migration internationale, qui, selon le rapport, est un facteur majeur de l’évolution démographique. Tous les pays – qu’ils connaissent des “entrées ou des sorties” de migrants – devraient faire tout ce qu’ils peuvent pour créer de l’ordre et de la stabilité dans ces changements, affirment les auteurs du rapport. Selon les Nations Unies, l’espérance de vie moyenne à la naissance devrait passer de 72,98 ans en 2019 à 77,2 ans en 2050, le taux de croissance continuera de ralentir à travers le monde.

Les prévisions indiquent que l’Inde sera le pays le plus peuplé au monde en 2023 et le restera jusqu’en 2050, dépassant ainsi la Chine. Les États-Unis seront remplacés par le Nigéria comme troisième pays le plus peuplé au cours de la même période. Depuis l’année dernière, l’espérance de vie des pays les moins avancés était inférieure de sept ans à celle des pays les plus développés depuis l’année dernière.

L’Onu a d’ailleurs prévenu, en ce sens, que les pays ayant des populations plus âgées devront développer de meilleurs systèmes pour prendre soin de leurs aînés, y compris la sécurité sociale et des soins de santé universellement disponibles.

Damien est l’habitant numéro 8 milliards
Mais qui est donc le huit milliardième terrien ? Damián est le fameux habitant numéro 8 milliards de la planète Terre. Il est venu au monde à Saint-Domingue, en République dominicaine.

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page