Monde

Malgré la trêve les balles israéliennes fauchent toujours des âmes

A moins de 24h de la trêve instaurée jeudi entre le Hamas et Israël, la tension n’a pas cessé de monter à la bande de Gaza. Trois Palestiniens ont été tués vendredi lors des heurtes entre les manifestants Gazaouis et l’armée israélienne. Une trêve fragile semble-t-il.   

Une trêve n’est jamais synonyme de paix. C’est le message à retenir après quelques heures de l’accord conclu entre le Hamas et Israël. Cet accord de trêve, conclu sous l’égide de l’Egypte et de l’émissaire de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nikolaï Mladenov, devrait mettre fin à la nouvelle escalade militaire entre Israël et le Hamas.

Cependant, l’armée israélienne ne semble pas être concernée par cet accord ! Un Palestinien blessé vendredi par des tirs de soldats israéliens lors de manifestations à la frontière de la bande de Gaza est décédé samedi, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

La victime, âgée de 40 ans, a été touchée par des tirs israéliens à l’est de Rafah, un secteur du sud de la bande de Gaza où deux Palestiniens ont été tués la veille lors des manifestations et heurts, selon la même source.

Outre les trois Palestiniens tués, dont un secouriste, 307 ont été blessés, a précisé le ministère. Certains ont été blessés par des gaz lacrymogènes, dont deux journalistes et cinq secouristes, et au moins 130 par balles.

Rappelons qu’au moins 168 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens depuis le 30 mars 2018.

 

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page