Monde

Les changements climatiques agissent-ils sur notre humeur ?

Une étude, menée aux États-Unis, pointe les effets néfastes du réchauffement climatique sur notre moral. En effet, il y aurait un lien entre l’augmentation des températures et les suicides. En d’autres termes, lorsque le mercure grimpe, le risque de suicide en parallèle augmente également.


C’est un constat pour le moins inquiétant notamment à une époque où le réchauffement climatique est aux cœurs des politiques mondiales. Et pour cause, une étude menée aux États-Unis révèle que le réchauffement climatique joue sur notre moral et donc que les taux de suicide au pays de l’Oncle Sam et au Mexique augmentent proportionnellement à la hausse des températures.

Cela suggérerait que lorsque le mercure grimpe des idées noires traverseraient notre esprit et les envies de suicides se multiplient allant jusqu’à passer à l’acte. Ces conclusions ont été rendues publiques dans la revue « Nature Climate Change » lundi dernier et relayées par Levert.ma.

La recherche a été réalisée par une des chercheurs de l’université de Stanford et ont travaillé autour de chiffres sur les taux de suicide aux États-Unis entre 1968 et 2004 en plus des taux mensuels de suicide au Mexique entre 1990 et 2010. A travers ces données, les auteurs ont ainsi mené une comparaison entre ces taux et les températures et les précipitations dans les comtés américains à partir d’un outil de cartographie climatique baptisé PRISM afin d’établir un lien ou pas entre les deux séries de données.

« Nous trouvons une relation très cohérente entre les augmentations de température et l’augmentation du risque de suicide », a souligné Marshall Burke, professeur adjoint à l’Université de Stanford et auteur principal de l’étude à la chaîne de télévision américaine CNN. 

Effectivement, sur un mois, les scientifiques ont remarqué que l’augmentation « de 1 degré Celsius de la température moyenne correspondait à une augmentation de taux de suicide de 0,68% aux États-Unis entre 1968 et 2004 et de 2,1% au Mexique entre 1990 et 2010 ! » Des résultats à partir desquels les chercheurs ont pu s’avancer et évaluer que d’ici 2050, « le changement climatique pourrait être lié à un total de 14 020 suicides supplémentaires aux États-Unis et 7 460 au Mexique. »

Grâce à ces constatations, l’étude a été poussée aux réseaux sociaux. Résultat : 1 degré Celsius de plus augmenterait la probabilité d’un post Twitter exprimant un langage dépressif de 0,79 % selon l’une de leurs analyses. De quoi alarmer mais aussi inquiéter dans le même temps malgré que ces conclusions restent à interpréter avec précaution car « il s’agit avant tout de projections. » En effet, les résultats ne montrent absolument pas si la température est le seul — ou le plus important — facteur associé au suicide. L’étude montre des corrélations, mais ne prouve pas un lien direct entre le suicide et les températures.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page