Monde

Inégalités sociales: Plus des deux-tiers de la population mondiale touchés

Et si la pauvreté touchait autant le Nord que le Sud ? L’ONU a livré, ce mercredi, un édifiant rapport intitulé «Rapport sur la situation sociale dans le monde pour l’année 2020 : inégalités dans un monde en mutation rapide».

Ce document alarmant met en exergue les inégalités croissantes observées à la fois dans les pays développés et les pays en développement, qui menacent d’exacerber les divisions et freiner le développement économique et social.


Selon l’Organisation des Nations-Unies, plus des deux-tiers de la population mondiale vivent actuellement dans des pays où les inégalités s’accroissent; le Brésil, l’Argentine et le Mexique où elles avaient reculé au cours des dernières décennies ne sont pas épargnés.

Quel impact ces inégalités ont-elles?

D’après les éléments avancés dans ce rapport, les inégalités sociales touchent à la fois les individus et les nations et les sociétés hautement inégales sont moins efficaces dans la lutte contre la pauvreté, ce qui freine les populations dans leur volonté de sortir du cycle de la pauvreté, et barre la voie au progrès économique et social.

Pour le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, ce rapport intervient sur fond de profondes inégalités mondiales, au Nord comme au Sud. «Nous sommes confrontés aux dures réalités des profondes inégalités mondiales, au Nord comme au Sud, les manifestations de masse se sont intensifiées, sur fond de difficultés économiques conjuguées aux inégalités croissantes et à la précarité du travail. Les disparités de revenus et le manque d’opportunités créent un cercle vicieux d’inégalités, de frustrations et de mécontentement dans toutes les générations», a-t-il déploré en avant-propos du rapport.

Qu’est-ce qui influence les inégalités ?

Ce rapport, produit par le département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, fournit également des preuves démontrant que l’innovation technologique, les changements climatiques, l’urbanisation et les migrations internationales influencent les inégalités.

Pour Antonio Guteres, le message est clair : l’évolution de ces enjeux complexes n’est pas irréversible. «Les changements technologiques, les migrations, l’urbanisation, et même la crise climatique peuvent, soit nous inciter à construire un monde plus équitable et plus durable, soit nous diviser davantage», a-t-il constaté.

Quid alors des conséquences de ces inégalités ? D’après le rapport, les disparités observées au sein des pays, voire entre eux, entraîneront inévitablement des migrations. Le rapport précise que si elles sont bien gérées, les migrations profiteront aux migrants et pourront aussi contribuer à la réduction de la pauvreté et des inégalités. Les conséquences des inégalités peuvent avoir une influence sur la confiance portée au gouvernement.

En effet, selon le rapport, les inégalités créent une concentration de l’influence politique entre les mains des populations déjà favorisées, ce qui tend à perpétuer ou même à creuser davantage les différences d’opportunités.

«L’influence politique croissante des plus favorisés érode la confiance dans la capacité des gouvernements à répondre aux besoins de la majorité». Par exemple, même les pays qui ont surmonté la crise économique et financière de 2008, ont été touchés par le mécontentement des populations. À qui les inégalités profitent-elles ? C’est une réalité tristement connue, le rapport témoigne que l’accroissement des inégalités profite aux plus riches.

D’après les faits rapportés, les taux d’imposition des revenus les plus élevés ont baissé dans les pays développés et dans les pays en développement, ce qui rend les systèmes fiscaux moins progressifs. Dans les pays développés, les taux d’imposition des revenus les plus élevés ont chuté de 66% en 1981 à 43% en 2018.

En outre, dans les pays en développement, les enfants des foyers les plus pauvres, et ceux des groupes ethniques, les plus défavorisés, ont accédé plus lentement aux établissements secondaires que ceux issus des familles riches, qui envoient de plus en plus leurs enfants dans des écoles de qualité. Par ailleurs, il a été noté que les disparités et désavantages en matière de santé et d’éducation se transmettent d’une génération à l’autre.

Les changements climatiques exacerbent les inégalités Selon l’ONU, l’impact des changements climatiques n’est pas ressenti de façon uniforme dans le monde, les pays tropicaux sont les plus affectés. Le rapport entre le revenu des 10% les plus riches et les plus pauvres de la population mondiale, est 25% plus élevé qu’il ne le serait dans un monde sans réchauffement climatique. Le changement climatique pourrait inverser les progrès actuels dans la réduction des inégalités entre les pays. Par ailleurs, les changements climatiques ont davantage appauvri les pays les plus pauvres du monde, une situation qui pourrait plonger des millions de personnes dans la pauvreté au cours des dix prochaines années. Le rapport prévient également qu’en adoptant des mesures visant à atténuer les effets des changements climatiques, il sera important que les États protègent les ménages à faible revenu.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page