Monde

Brésil : l’Amazonie bat un nouveau record de déforestation

La superficie défrichée le mois dernier, dans la plus grande forêt tropicale de la planète, est supérieure de 48 % à celle de septembre 2021. 

La déforestation en Amazonie brésilienne a touché 1.455 km2 en septembre, un record pour ce mois de l’année, selon l’Institut national brésilien de recherche spatiale (INPE). Les données du système de surveillance par satellite DETER de l’INPE font ressortir que la superficie défrichée le mois dernier, dans la plus grande forêt tropicale de la planète, est supérieure de 48% à celle de septembre 2021.

Les chiffres de septembre 2022 indiquent que cette pratique avait battu le précédent record de septembre 2019, lorsque 1.454 km2 de forêt avaient été détruits. Les zones où se concentre la plus grande déforestation brésilienne se trouvent dans les États de Pará, Mato Grosso et Amazonas, suivis de Rondônia et d’Acre.

Cette année, l’Amazonie a battu plusieurs records d’incendies et de déforestation, puisque de janvier à septembre 8.590 km2 ont été déboisés, soit environ 11 fois la taille de New York, a indiqué l’ONG environnementale Greenpeace. La saison des incendies en Amazonie se produit en août et septembre, lorsque les incendies ont tendance à augmenter en raison de la pénurie des pluies, ce qui permet aux éleveurs et aux agriculteurs de brûler des zones pour les déboiser.

Au cours des trois dernières années, une zone plus grande que la Belgique a été détruite en Amazonie, pour laquelle de nombreux écologistes et défenseurs des peuples autochtones et de leurs droits territoriaux ont critiqué la politique du gouvernement brésilien en la matière. Paul Morozzo, un militant expérimenté de l’alimentation et des forêts chez Greenpeace UK, a souligné l’importance de l’Amazonie dans la «lutte contre la crise climatique» de l’humanité.

Pour sa part, Mariana Napolitano, responsable scientifique du Fonds mondial pour la nature Brésil (WWF, pour son sigle en anglais), a estimé que l’accélération de la déforestation avait «des impacts assez importants non seulement pour le biome, mais aussi pour le climat et le système pluviométrique dans la région, sans parler des impacts économiques pour ceux qui vivent en Amazonie et dans l’ensemble du Brésil».

Sami Nemli avec agences / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page