Monde

Aung San Suu Kyi souffle le chaud et le froid

 

Le prix Nobel de la paix 1991 et présidente du parti au pouvoir en Birmanie, Aung San Suu Kyi, s’est déclarée, dans un discours retransmis à la télévision de son pays, «prête» à organiser le retour des près de 410.000 membres de la minorité musulmane rohingya qui ont fui la Birmanie vers le Bangladesh fin août.


Par ailleurs, elle a promis que toute violation des droits de l’Homme serait sanctionnée, quel que soit le poste ou la position des auteurs. Malgré ses déclarations de bonnes intentions, Aung San Suu Kyi a fait le grand écart en refusant de désigner les responsables des massacres commis contre les Rohingyas, que le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme a qualifiés de «nettoyage ethnique».


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page