Monde

Affaire Raddad : la justice française rouvre le dossier du jardinier marocain

Depuis 1991, l’affaire du jardinier marocain Omar Raddad fait couler beaucoup d’encre. Condamné pour le meurtre de la sa patronne Ghislaine Marchal, ce dernier n’a cessé de clamer son innocence. La fameuse inscription «Omar m’a tuer» tracée avec le sang de la victime avait convaincu le juge qui avait prononcé une peine de 18 ans de prison. Ayant obtenu une grâce partielle du président Jacques Chirac ainsi qu’une libération conditionnelle, Raddad a toujours réclamé  la réouverture de son dossier. Après un refus en 2002, il vient d’obtenir gain de cause. Ce revirement de la justice française s’appuie sur de «nouveaux éléments» liés aux progrès de la science en matière d’ADN.



Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page