Éco-Business

Une première, le CRI de Casablanca fait la radioscopie de la « Post création »

 

Dans le cadre des travaux du Comité régional de l’environnement des affaires, le Centre régional d’investissement de Casablanca-Settat vient de rendre publics les résultats de “Post-création”. Une première étude de son genre dans le pays, réalisée dans le but de mieux connaître le devenir des entreprises créées par le biais du CRI entre 2003 et 2015 dans la région. La Banque mondiale a porté une assistance technique et financière pour examiner tous les facteurs impactant l’évolution de ces entreprises.

La Direction régionale des impôts, la CNSS, l’OMPIC, Maroc PME, le Conseil régional et les créateurs d’entreprises de la Région Casa-Settat ont notamment participé à cette étude, qui s’est faite en deux étapes fondamentales. Une première phase qui a consisté à analyser les statistiques dans le but d’évoluer les taux de survie et de mortalité des entreprises, et une seconde, qui est une enquête terrain réalisée auprès de 1.280 entreprises pour identifier les principales difficultés et les facteurs clés de succès.

Un plan d’action détaillé a donc été établi sur la base de ces résultats et à travers des Focus Group avec les chefs d’entreprise dans le but de renforcer l’écosystème entrepreneurial de la région.

Parmi 64.000 entreprises immatriculées via le CRI entre 2003 et 2015, seules 51% étaient toujours actives à fin 2015 pour 249.000 emplois générés. 93% des entreprises actives sont des TPE réalisant un CA inférieur à 10 MDH et employant moins de 10 employés.

Le projet a démontré le taux de survie global des entreprises en fonction de leur durée d’existence. Ainsi, 73% ne tiennent pas plus d’un an, 48% survivent pendant 3 ans et 32% arrivent à franchir les 5 ans. Ces chiffres signifient que près d’une entreprise sur 4 ne démarre jamais son activité, et que moins d’une entreprise sur 2 dépasse le cap des 3 ans et qu’à peine 1 entreprise sur 3 dépasse celui des 5 ans d’existence. Des chiffres alarmants qui témoignent de la fragilité que connaissent les entreprises au cours de leurs premières années d’activité au Maroc. Une situation qui reste moins répandue dans les économies avancées, tel que le Canada qui affiche un taux de survie global de 3 ans pour 61% des entreprises, quant à l’Espagne 78% des nouvelles entreprises démarrent bien pour la même durée.

Le plan d’action élaboré conjointement avec les acteurs publics et privés regroupe 3 initiatives transverses :

  • L’accompagnement des porteurs de projets et suivi post-création : Appliquée à court terme, cette solution permettra d’aider l’entreprise à mieux démarrer avec la mise à niveau des connaissances et la facilitation aux accès de financement et aux autres dispositifs à l’appui.
  •  L’activation d’un «Small Business Act» au niveau régional : Mettre en œuvre un suivi des quotas des marchés publics attribués aux TPME, et une sensibilisation des donneurs d’ordres publics autour de la démarche.
  • La création d’un «Fonds de promotion et d’investissement régional» : Il s’agit d’un soutien financier et technique pour promouvoir le développement de l’écosystème entrepreneurial de la région et contribuer à la mise en place d’une culture de l’innovation.

À court terme, le CRI de la région devrait jouer un rôle clé dans l’activation de la première initiative, et ce, en cohérence avec le changement du statut des Centres régionaux d’investissement récemment opéré au niveau national.

Pour la mise en œuvre de ce projet d’accompagnement, en rendant opérationnelles toutes les solutions citées là haut, Abdallah Chater, directeur du CRI Casablanca-Settat a déclaré que : “Cette réunion se tient aujourd’hui pour présenter en premier lieu les résultats de cette étude, les autres aspects pour procéder à l’application de ce plan d’action sont en phase de discussion au niveau central pour pouvoir aboutir à une réforme soutenue par tout le monde. Ceci dit, l’accompagnement des entreprises ne se fera pas uniquement par le CRI, mais c’est un projet qui implique l’ensemble des acteurs qui doivent à leur tour accompagner ce grand projet”.

Par ailleurs, la création d’un Comité stratégique de la promotion de l’entreprenariat dans la région (CSPE) sur initiative du wali de la Région Casablanca-Settat permettra la mise en œuvre des recommandations de cette étude ainsi que le déploiement et le suivi de son plan d’action, ce comité veillera de concert avec les différents acteurs de l’écosystème entreprenariat ; (pouvoirs publics, secteur privé, associations…) à entreprendre toute mesure permettant de favoriser la création et le développement des entreprises au niveau régional.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page