Éco-Business

Spécial Agadir. Comment Souss-Massa séduit les investisseurs

La Région Souss-Massa est à la fois partie prenante dans la déclinaison régionale du Plan d’accélération industrielle et dans le Plan de développement urbain 2020-2024. Comment ?

La région s’est engagée avec ses partenaires dans plusieurs programmes, y compris la déclinaison du Plan d’accélération industrielle (PAI) et le Plan de développement urbain (PDU), conformément aux compétences propres relatives au développement régional.


Concernant le PAI, notre région est la première à avoir une déclinaison régionale qui renforcera davantage sa vocation industrielle pour en faire un pôle économique en mesure de créer de l’emploi et assurer une croissance inclusive, au service des citoyens.

Cette dynamique a été davantage insufflée par une nouvelle gouvernance de la promotion de l’investissement chapeauté par le wali de la région dans le cadre de la Commission régionale unifiée de l’investissement (CRUI), avec l’implication de l’ensemble des acteurs.

Depuis la signature des conventions du PAI, le 28 janvier 2018, la région s’est pleinement impliquée dans l’accompagnement des différents projets en mobilisant un budget 250 MDH pour l’implantation des différents projets. Il s’agit notamment de 170 MDH sous forme d’incitations à l’investissement, en plus d’environ 64 MDH pour la création du Technopark et de 17 MDH pour la création et le budget de fonctionnement de la Cité de l’innovation.

Qu’en est-il du PDU ?
Sur plus de 5, 9 MMDH, la contribution de la région au financement des projets du PDU 2020-2024 s’élève à 880 MDH. Le plan se décline en six axes stratégiques.

La région a mobilisé 160 MDH sur 1,2 MMDH dans le cadre du premier axe dédié à la réalisation de la première ligne de bus à haut niveau de services. Pour le deuxième axe, consacré au renforcement des infrastructures et décongestionnement de la ville, notre contribution est de 388 MDH sur 2,4 MMDH.

S’agissant du troisième axe, sur 460 MDH consacrés à l’aménagement urbain de la zone touristique, nous avons contribué à hauteur de 137 MDH. Pour le quatrième axe, dédié à la préservation de l’environnement et au management des espaces verts, 49 MDH ont été couverts par la région sur 348 MDH.

Le cinquième axe, consacré à l’édification de lieux de culte, à la promotion culturelle et la mise en valeur du patrimoine, a reçu de notre part 99 MDH sur 663 MDH. Enfin, la région a injecté 47 MDH dans le cadre du sixième axe, relatif au renforcement des équipements sociaux de base et à l’amélioration du cadre de vie, sur un total de 875 MDH.

Les moyens financiers dont disposait la région étaient-ils suffisants pour la mise en œuvre de ces programmes ?
Le budget d’investissement de notre région durant ce mandat dépasse les 650 MDH par an. Et afin de renforcer nos capacités financières, nous avons créé des sociétés de développement régional et local qui généreront des revenus supplémentaires pour la région.

Nous avons également procédé au renforcement de notre position dans le capital social de la société d’aménagement Parc Haliopolis pour atteindre 30 MDH. La région a par ailleurs fait appel au Fonds d’équipement communal à travers une ligne de financement de 2 MMDH.

Des incitations ont été mises en place, au niveau régional, à destination des investisseurs….
La région est consciente de l’importance des incitations pour l’amélioration de l’attractivité de son territoire et l’atteinte de nos objectifs de développement, dans le cadre de l’accompagnement financier des écosystèmes.

Pour cela, des incitations à l’investissement ont été mises en place à travers des subventions au niveau foncier. Ainsi, la région a mobilisé un budget pour octroyer aux investisseurs dans le domaine de l’industrie une prime de 250DH/m2 plafonné à 1 ha et à 1.000 m2 plancher pour l’offshoring.

Toutes les démarches administratives ont été entreprises pour débloquer les montants des incitations aux bénéficiaires. S’agissant des autres mesures, la région a apporté son appui financier à la réalisation du Technopark à hauteur de 64 MDH. Idem pour la Cité de l’innovation, à hauteur de 12 MDH, dont 5 MDH pour son fonctionnement. Au total, ce projet a mobilisé 42 MDH.

Il accueille 24 entreprises et 4 clusters. Parallèlement, à travers l’Initiative Souss-Massa, nous avons débloqué 40 MDH pour cette association dont 30 MDH pour le financement de 200 porteurs de projet par an, et 10 MDH pour le soutien des entreprises et coopératives souffrant de la crise liée à la Covid-19. Concernant l’aquaculture, la région a mobilisé une première enveloppe budgétaire de 20 MDH comme contribution au financement des projets retenus dans le cadre du plan aquacole régional.

Qu’en est-il des primes à l’emploi ?
La région s’est engagée, dans le cadre du PAI, à octroyer des primes à l’emploi aux entreprises opérant dans l’offshoring. Ainsi, nous avons signé deux conventions avec deux acteurs du secteur. La première concerne l’octroi d’une prime de 7.000 DH par poste d’emploi, tandis que la deuxième prévoit l’octroi d’une prime de 10.000 DH pour chaque poste d’emploi créé. Aussi, une convention de partenariat a été signée entre la région,
la wilaya, l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences et le ministère de tutelle qui porte sur la création d’un dispositif régional de promotion de l’emploi. Nous avons consacré à celle-ci 15 MDH.

Y.S.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page