Éco-Business

Région de Casablanca-Settat : le PDR établit son bilan final

Ce sont près de 60 MMDH, soit 78% des projets programmés dans le Plan de développement régional (PDR) de la région de Casablanca-Settat, qui ont été engagés.

Au terme du mandat du Conseil de la région locomotive du pays, les indicateurs phares de l’état d’avancement du Plan de développement régional montrent que la réalisation de l’ensemble des projets, arrêtés par les élus régionaux, avance conformément aux prévisions initiales. Ainsi, ce sont près de 60 MMDH de dotations qui ont été engagées, ce qui a permis d’atteindre un taux de réalisation global de l’ordre de 78%. A noter que ce plan, qui couvre la période 2015-2020, s’articule autour de plusieurs axes stratégiques pour le développement de la Région de Casablanca-Settat.


Les données phares du PDR
Concernant le segment crucial relatif à l’amélioration des conditions de vie des habitants, le budget initialement prévu s’élève à 2,6 MMDH, avec un intérêt particulier accordé aux catégories sociales en situation de précarité et aux personnes à besoins spécifiques, en complémentarité avec les programmes de l’INDH. L’intervention du PDR a porté, essentiellement, sur des réalisations destinées à renforcer le réseau des centres et structures de proximité, l’accompagnement du secteur non-formel, la généralisation de l’enseignement primaire, la réhabilitation des établissements de santé, la création d’un centre de gestion des interventions d’urgence et des opérations de secours ainsi que d’autres projets ayant trait à la protection de l’environnement. Pour ce qui est de ce segment, les zones rurales ont été prioritaires, avec la généralisation de la couverture en réseaux d’eau potable, électricité et assainissement. Le 2e niveau d’intervention du PDR a porté sur le renforcement de la mobilité dans la région, avec une dotation de 27 MM DH, réservée à ce volet névralgique de la région.

A ce sujet, le bilan concerne, essentiellement, l’extension de la ligne de tramway, le développement du parc d’autobus, l’aménagement des routes urbaines, provinciales et des autoroutes ainsi que la réalisation d’ouvrages d’art et de tunnels. À souligner que le mandat écoulé du Conseil régional a été, également, dominé par le lancement d’une série de projets destinés à promouvoir l’attractivité économique de la Région, à travers la restructuration des zones industrielles actuelles, l’aménagement de nouvelles zones destinées aux services et à la logistique, et enfin l’amélioration du climat des affaires. Certes, l’impact de la pandémie a été durement ressenti durant la dernière année de mise en œuvre du PDR, mais sans que cela n’impacte négativement les projets lancés et achevés avant mars 2020. Notons qu’une dotation de près de 2 MMDH a été allouée par le PDR aux actions visant à assurer la consécration de la place de la Région en tant que destination nationale et internationale de commerce et loisirs, et zone d’accueil des grandes manifestations. Plusieurs actions sont citées, dans ce cadre, telles que la construction d’un grand théâtre, la mise à niveau du Complexe Mohammed V et de l’espace «La Casablancaise», ainsi que la réhabilitation du littoral, de la forêt Merchich et du Zoo d’Ain Sbaâ. À souligner, par ailleurs, que plusieurs mécanismes ont été activés, tant destinés à l’amélioration de la gouvernance et du cadre juridique, qu’à la recherche de nouveaux modes de financement et partenariats ou l’activation d’un plan de communication, à même de promouvoir l’identité de la Région.

Le plan de relance examiné par les élus

Depuis le déclenchement de la crise sanitaire, les élus se sont focalisés sur les programmes jugés les plus pressants, soucieux d’assurer la continuité des chantiers en cours, dans les délais prévus par le Plan de développement régional. Les élus s’attendent à ce que les besoins des populations, au sein des zones rurales de la Région, bénéficient de la priorité, au cours du prochain mandat, essentiellement concernant le renforcement des équipements de raccordement desdites zones, qui ont bénéficié, au cours de l’année 2020, d’une dotation de 100 MDH. Les projets prioritaires, qui seront dotés d’outils de contrôle des effets de la pollution, concernent les villes d’El Jadida, Settat et Sidi Bennour. A noter que les élus de la Région ont adopté un plan de soutien à l’accès des zones rurales à l’eau potable, qui s’étend jusqu’en 2023, et concerne 30 communes habitées par plus de 200.000 personnes. Ce programme, qui intègre aussi les villes de Benslimane et Mohammedia, dispose d’une dotation de 200 MDH. Enfin, l’unanimité a prévalu tout au long du mandat régional, concernant le parachèvement des projets d’infrastructures jugées vitaux pour la mise à niveau des pôles sociaux de la Région. Il s’agit d’accélérer la cadence de réalisation des deux plans dont la mise en oeuvre se prolonge jusqu’en 2025. Plusieurs conventions ont été, soient approuvées, soit remodelées, dans le cadre du plan d’action triennal qui s’achève fin 2021, et couvre 184 projets.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page