Éco-Business

Les chantiers clés de l’énergie

À l’horizon 2030, les programmes du Maroc porteront sur une capacité additionnelle de production d’électricité d’environ 10.100 MW. Une ambition portée par des projets prometteurs dans plusieurs filières.


La filière solaire
Le premier kilowattheure produit dans le cadre du programme solaire national a été injecté dans le réseau électrique national en cette année 2016, grâce à la mise en service, de la première centrale solaire  de Ouarzazate Noor I. Une fois achevé, le complexe solaire d’Ouarzazate devrait être le plus grand du monde avec une capacité de
580 MW. Dans une première phase, le Maroc  a accordé la priorité au développement de centrales solaires CSP. En parallèle, il a  mis en place un programme pour le développement à grande échelle de cette filière dans le cadre d’une feuille de route  lancée en novembre 2014.

La filière éolienne
Le Maroc développe plusieurs projets d’énergie éolienne. A titre d’exemple, le secteur a été particulièrement  marqué par la mise en service du parc éolien de Tarfaya de 300 MW portant la puissance installée opérationnelle à 780 MW dont 200 MW réalisées et exploitées par des développeurs privés dans le cadre de la loi n° 13-09 relative aux énergies renouvelables. Ce projet représente une importante valeur ajoutée, vu qu’il contribue à hauteur de 15 % à la réalisation de l’objectif national éolien du Maroc (2000 MW à l’horizon 2020).

La filière de gaz naturel
Une feuille de route a été lancée en décembre 2014. Baptisée «Gas To Power», la première composante de ce projet porte sur la réalisation des infrastructures gazières et électriques. L’objectif est de pouvoir développer la capacité de 4800 MW de CCGT entre 2021 et 2030. Quant à la seconde phase nommée «Gas To Industry», elle vise à étendre l’utilisation du gaz naturel au secteur de l’industrie. Ultérieurement, l’extension progressive de l’utilisation du gaz naturel aux consommateurs tertiaires et résidentiels serait possible.

Energie par Pompage
Le Maroc figure parmi les premiers pays à introduire ce type de technologie dans la région euro-méditerranéenne. En effet, le Maroc a réalisé la station de Transfert d’Energie par Pompage (STEP) d’Afourar d’une capacité de 460 MW qui sera renforcée par la STEP Abdelmoumen de 350 MW. Grâce à ses 3500 Km de côtes, le Maroc dispose d’un potentiel important pour le développement des STEP marines.

Intégration régionale
Dans le cadre de l’intégration régionale des réseaux et des marchés énergétiques, le Maroc, le Portugal et l’Espagne coopèrent pour concrétiser la mise en place d’un marché régional énergétique notamment électrique et gazier. Le lancement de l’étude de faisabilité technico-économique du projet d’interconnexion entre le Maroc et le Portugal d’une capacité de 1000 MW, s’est effectué en juin 2016 à Lisbonne. A cela s’ajoute le plan de développement des infrastructures d’interconnexions électriques pour rapprocher les deux rives de la méditerranée. Il s’agit des capacités importantes d’interconnexions ayant été développées avec l’Espagne et l’Algérie.

Recherche et développement
La réalisation  par l’IRESEN d’un complexe baptisé «Green Energy Park» a renforcé la recherche et le développement. S’étalant sur 8 hectares à Benguerir, ce complexe  dispose  des laboratoires de pointe ainsi que de plusieurs plateformes de test et de projets pilotes.

Législation adaptée
Bon nombre de dispositions législatives, réglementaires et institutionnelles, ont été mises en œuvrener pour donner un coup de fouet au secteur de l’énergie. On peut citer, entre autres, la loi fondatrice des énergies renouvelables ayant permis l’ouverture au secteur privé du marché de la production et de la commercialisation d’électricité produite à partir de sources renouvelables, avec accès au réseau électrique national THT et HT et sans limitation de puissance. Il s’agit aussi de  la Loi relative à l’autoproduction qui permet, aux grands consommateurs, dont la puissance appelée est supérieure à 300 MW, de réaliser une capacité électrique sans limitation et avec accès au réseau de transport d’électricité.

MASEN, acteur central des énergies renouvelables
La Moroccan Agency for Sustainable Energy (MASEN)  est devenue l’acteur central et intégré des énergies renouvelables au Maroc.  En tant que structure unique pour de meilleures synergies, MASEN est en charge depuis quelques semaines des énergies solaire, éolienne et hydraulique, et de toute autre énergie renouvelable susceptible d’être développée dans le Maroc. La nouvelle configuration clarifie les périmètres d’action de chacun des acteurs et offre une meilleure visibilité et une coordination facilitée sur l’ensemble des projets. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page