Éco-Business

Éducation financière : “Global money week” souffle sa 10e bougie

Afin de rapprocher les enfants et les jeunes du monde de la finance, la Fondation marocaine pour l’éducation financière et ses partenaires ont organisé, mercredi 16 novembre, la cérémonie des 10 ans de «Global money week», un évènement international d’éducation financière, piloté à l’international  par l’OCDE-INFE.

Il s’agit d’un événement auquel le Maroc prend part depuis sa première édition en 2012. Et pour cette mouture spéciale qui célèbre le 10e anniversaire, le programme connaît une mobilisation de toutes les parties prenantes. Seulement 1/3 des adultes dans le monde comprend les sujets financiers de base Si on se réfère à l’enquête mondiale menée en 2014 par Standard & Poor’s sur le niveau de culture financière, seulement 1/3 des adultes dans le monde comprend les sujets financiers de base.

Dans le même sens, selon l’enquête Findex conduite au Maroc en 2021, «plus de 40% des adultes non bancarisés ont déclaré ne pas être en mesure d’utiliser, sans aide, un compte auprès d’une institution financière», a déclaré Redouane Najmeddine, président de la Fondation marocaine pour l’éducation financière (FMEF) lors de cette cérémonie.

Selon Wali de Bank Al-Maghrib, les enquêtes menées sur la culture financière, à travers le monde, démontrent que le niveau des jeunes de 18 à 29 ans est inférieur à celui des adultes. Même quand ils détiennent et utilisent déjà des moyens de paiement, des comptes courants et des produits d’épargne, ils sont très peu initiés aux questions financières. Pour les plus jeunes, la situation est tout aussi délicate.

En effet, le rapport de l’enquête PISA 2018 révèle qu’un élève sur quatre (un sur sept dans les pays de l’OCDE) s’avère «incapable de prendre des décisions, même simples, liées aux dépenses quotidiennes». À peine 10% atteignent le plus haut niveau de connaissances financières en moyenne dans les pays de l’OCDE. De plus, même si un adolescent sur deux détient un compte dans une institution financière et/ou une carte de paiement, seulement un sur trois possède les compétences nécessaires pour interpréter un relevé bancaire.

«Pour ce qui est du Maroc, les résultats de l’enquête sur la capacité financière, que nous avons conduite avec la Banque mondiale en 2014, ont démontré que plusieurs lacunes en compétences financières chez les adultes trouvent leurs origines dans l’enfance et le jeune âge, par manque d’apprentissage.

De même, les enquêtes Findex ont confirmé les disparités en matière d’utilisation des services financiers entre les jeunes et les adultes», fait savoir Najmeddine. Et d’ajouter que la Global money week a permis de toucher au Maroc, depuis 2012, près de deux millions d’enfants et de jeunes, soit en présentiel ou à distance, dont plus de 85% fréquentent des établissements scolaires.

Mise en place d’un programme de formation
En ce qui concerne les enfants scolarisés, la fondation a conduit – avec le ministère de l’Éducation nationale – des expériences pilotes qui ont fait que l’éducation financière est, désormais, officielle dans les curricula scolaire de l’Éducation nationale pour le primaire. La collaboration entre la direction des Curricula du ministère de l’Éducation nationale et la FMEF se poursuit pour l’accompagnement de cette intégration à travers la mise à disposition de contenus pédagogiques complémentaires et la mise en place d’un programme de formation des inspecteurs-référents et des enseignants en charge de cette nouvelle activité.

S’agissant des jeunes, leur priorisation s’est renforcée au niveau du 2e Plan stratégique d’éducation financière (2019-2023), conformément aux hautes orientations Royales. Cette priorisation est également prise en compte dans le plan d’action défini par la Stratégie nationale d’inclusion financière. Bien qu’ils soient encourageants, ces résultats demeurent insuffisants compte tenu de l’importance et de l’étendue des besoins en éducation financière pour l’ensemble des segments visés.

En ce sens, la fondation a lancé, avec l’appui technique de l’AFI et de l’OCDE, la conduite d’un baromètre de mesure de la capacité financière destinée à renseigner sur les écarts à réduire en termes de connaissances et de compétences financières des citoyens, et dont les résultats seront disponibles durant le 1er semestre 2023.

Trois compétitions thématiques
Cette cérémonie a été l’occasion de retracer le parcours de cet évènement, à travers ses différentes réalisations, et de récompenser les élèves gagnants des compétitions organisées lors de l’édition 2022. Il s’agit de trois compétitions, dont deux organisées en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports et la troisième, en collaboration avec le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire.

La première compétition des «meilleurs dessins», ouverte aux élèves du secondaire collégial, a pour titre «l’argent vue par les enfants», a pour objectif de libérer la créativité des enfants et des juniors sur une thématique liée à la finance.

Nommée «meilleures dissertations», La deuxième est ouverte aux lycéens, et porte sur la rédaction d’une histoire courte «mon histoire avec l’argent», réelle ou imaginaire. Quant à la troisième compétition, «meilleures tirelires artisanales», elle est destinée aux élèves stagiaires des centres de formation aux métiers de l’artisanat. À noter également qu’un film retraçant les défis relevés et les réalisations accomplies, tout au long de ces dix dernières années, a été projeté.

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page