Éco-Business

Dakhla-Oued Eddahab : la zone touristique d’El Aargoub activée

L’étude d’aménagement de cette nouvelle zone, d’une assiette foncière de 50 hectares, a été lancée par le Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab. Une enveloppe budgétaire de l’ordre de 75 MDH a été programmée à cet effet.

Pour renforcer la vocation touristique de la Région de Dakhla-Oued Eddahab et enrichir son offre balnéaire, la nouvelle zone touristique prévue dans la commune d’El Aargoub relevant de la province d’Oued Eddahab passe, désormais, au concret. L’étude d’aménagement de cette nouvelle zone, relevant du Contrat programme régional avec l’État, a ainsi été lancée par le Conseil régional.


L’étude en question vise à faire émerger un produit touristique dans cette commune rurale à vocation touristique, à travers l’aménagement de cette nouvelle zone qui s’étale sur une assiette foncière d’environ 50 ha. À noter qu’une enveloppe budgétaire de l’ordre de 75 MDH a été déjà programmée pour ce faire.

Dans cette optique de valorisation des atouts naturels du site de la commune d’El Aargoub, l’objectif est de créer les conditions nécessaires pour attirer les investisseurs privés à l’intérieur du ressort territorial de cette collectivité locale tout en fournissant les éléments stratégiques utiles pour la prise de décision en matière d’investissement.

L’étude vise aussi à améliorer la qualité paysagère du site et à y introduire les éléments d’animation et d’hébergement nécessaires à la création d’un pôle englobant des produits, des sites et des équipements à vocation touristique.

L’étude mobilisera près de 1,2 MDH
L’étude en question, qui mobilisera près de 1,2 MDH, sera adjugée à partir du 25 mai. La mission confiée au futur Bureau d’études concerne la réalisation de quatre phases qui nécessiteront près de cinq mois. La 1ère phase, portant sur l’état des lieux et l’analyse des potentialités de développement de la zone, consiste en la réalisation d’un diagnostic de la situation actuelle, d’une analyse du foncier et de ses contraintes, et de l’évaluation du potentiel touristique de la région en général et de cette zone en particulier.

Il s’agit aussi de faire ressortir les possibilités de son exploitation et de sa mise en valeur, notamment les sites et infrastructures, de manière à augmenter les flux touristiques et les opportunités d’investissement dans de nouveaux projets. La seconde phase porte sur la conception de scénarios d’aménagement avec des plans d’aménagement sommaires pour chaque variante et l’établissement d’une volumétrie générale des typologies des hôtels de la zone.

Pour rappel, la destination de Dakhla abrite, actuellement, plus de 43 établissements hôteliers qui comptent 1.825 lits. Cette capacité sera portée à plus de 6.000 lits d’ici fin 2023, grâce aux différents chantiers actuellement lancés et à l’ouverture de nouvelles zones.

L’exploitation du projet passe par un AMI
En ce concerne la troisième phase, elle englobera l’évaluation des investissements relatifs à la réalisation du projet d’aménagement. Quant à la dernière, elle permettra d’opérer un montage pour la réalisation, la gestion et l’exploitation du projet à travers la préparation de l’Appel à manifestation d’intérêt ( AMI) afin de cibler les investisseurs et/ou les gestionnaires, tout en proposant un modèle de gestion approprié.

Par ailleurs, la commune d’El Aargoub se caractérise par l’absence de lieux d’accueil à vocation touristique. C’est la raison pour laquelle cette nouvelle zone, qui se situe entre le PK26 et le PK 36 de la Commune rurale d’Al Argoub, a été identifiée dans les différents documents d’urbanisme. Pour rappel, le SDAU de la Baie d’Oued Eddahab a été homologué en 2015.

Il fixe les orientations stratégiques de développement et d’aménagement urbain, à l’horizon 2030, sur le territoire couvrant le périmètre de la ville de Dakhla, l’ensemble de la péninsule et les rivages de la baie intégrant, également, le centre d’El Argoub. La mise en œuvre de ce schéma S.D.A.U s’est traduit par l’ouverture à l’urbanisation de nouvelles zones touristiques et industrielles pour répondre aux besoins et faciliter l’investissement dans les secteurs productifs, notamment la pêche, le tourisme et l’agriculture.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page