Éco-Business

Crédits bancaires : un ralentissement de 4,5% à fin 2020

Les crédits bancaires sont passés d’un rythme de progression de 5,2% en septembre à 4,5% en décembre 2020, cette baisse de régime a été accompagnée d’une augmentation des prêts au secteur non-financier de 3,9%.

À fin décembre 2020, les crédits bancaires étaient en baisse de régime. C’est ce que confirment les dernières statistiques monétaires publiées par Bank Al-Maghrib. En effet, ce rythme de progression a reculé à 4,5%, contre 5,2% en septembre dernier. De plus, ce ralentissement a été accompagné d’une augmentation des prêts alloués au secteur non-financier de 3,9% après 4,7%, détaille BAM au niveau de ses chiffres. Plusieurs raisons expliquent cette baisse de rythme, selon la Banque centrale, la première raison réside dans la décélération de la croissance des prêts aux sociétés non-financières privées de 5,9% à 4,7%. La baisse des concours aux sociétés non-financières publiques a également joué un rôle dans cette situation, ils ont accusé un recul de 0,5%, après une hausse de 4,4% en novembre. Par ailleurs, les crédits aux ménages ont, quant à eux, enregistré une accélération dans leur progression de 2,7% à 3,4% en décembre. Ainsi, il en ressort un encours global des crédits alloués à fin 2020 ressort à 958,14 MMDH.


Ventilation sectorielle
Dans ses statistiques monétaires, Bank Al-Maghrib présente la ventilation par objet économique des crédits alloués à différents secteurs. Pour ce qui est du secteur non-financier, il fait ressortir une accélération de la progression des crédits à l’immobilier. Ces derniers passent de 2,1% à 2,5%, dont l’encours a atteint les 283,69 MMDH. «Les crédits à l’habitat ont ainsi atteint les 222,27 MMDH dont 11,32 MMDH de financement participatif», commente la Banque centrale dans ce sens. Pour ce qui est des crédits alloués aux promoteurs immobiliers, ils ressortent à 58,28 MMDH, accusant une baisse de 1,8%. Une conjoncture morose a également été constatée au niveau des crédits à l’équipement. Ces derniers ont accusé une baisse de 3% après une hausse de 0,3% en novembre 2020. Leur encours a ainsi atteint les 178,53 MMDH à fin décembre. De plus, BAM relève une accentuation de la baisse des crédits à la consommation de 3,3% à 4,2%, soit un encours de 54,22 MMDH. En revanche, les prêts alloués aux entreprises opérant dans les «Industries manufacturières» ont progressé de 6,6% au lieu de 0,8% en septembre 2020. Pour ce qui est de l’évolution trimestrielle du rythme de progression du crédit bancaire, BAM note qu’elle reflète un repli de 13,3% après celui de 3% en septembre 2020 des crédits alloués aux entreprises relevant de la branche «Électricité, gaz et eau» et une décélération de la croissance des crédits aux entreprises des branches «Commerce, réparations automobiles et articles domestiques» (de 2,7% à 2,4%), «Bâtiment et travaux publics» (de 2,1% à 1%) et «Transports et communications» (de 2,8% à 0,7%)».

Décélération des créances en souffrance
Bank Al-Maghrib note dans ses statistiques, que «la croissance des facilités de trésorerie s’est inscrite en quasi-stagnation, soit à 10,2%». S’agissant des créances en souffrance, leur rythme de progression annuelle a décéléré de 14,7% à 14,4% en décembre. Dans ces conditions, le taux des créances en souffrance s’est établi à 8,4% contre 8,5% le mois dernier. L’agrégat M3 a accusé en glissement mensuel, une baisse de 2,7% à 1,486 MMDH, reflétant principalement l’accroissement de 4% des dépôts à vue auprès des banques. En glissement annuel, l’agrégat monétaire M3, a enregistré une croissance annuelle de 8,5% en décembre 2020, après 7,7% un mois auparavant. Dans cette perspective, la Banque centrale explique que «cette évolution recouvre une progression à 10,6% des dépôts à vue auprès des banques, une accentuation de la baisse des comptes à terme de 12,9% à 9,6% et une baisse de la croissance de la circulation fiduciaire de 20,6% à 20,1%». Les avoirs officiels de réserve, quant à eux, ont progressé de 26,6% après 18,2% et les créances nettes sur l’Administration centrale ont baissé à 18,7% après 25,7%.

Sami Nemli / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page