Éco-Business

Agriculture carbone : OCP réalise une première au Brésil

En partenariat avec Bioline by Invivo, Agrorobótica et Sementes Tropical, le Groupe OCP lance le premier projet de culture et de certification carbone dans le but de soutenir l’agriculture durable au Brésil. Ce partenariat encouragera les pratiques agricoles régénératives pour améliorer le rendement et la qualité des sols grâce à des solutions digitales personnalisées et adaptées aux cultures.

Le Groupe OCP fait un premier pas vers la séquestration du carbone dans le sol, en lançant un partenariat au Brésil aux côtés de la coopérative d’agriculteurs Bioline by Invivo et de la société agritech «Agrorobótica». Et ce pour un projet initial de culture et de certification carbone dans le «Matto Grosso», la région agricole qui produit l’essentiel des céréales et produits d’élevage du pays.

Dans un premier temps, le projet couvrira des zones de culture de coton, de soja et de maïs, cultures représentatives de l’agriculture brésilienne. Hanane Mourchid, Chief sustainability officer du Groupe OCP, affirme que «le Groupe OCP promeut les pratiques agricoles régénératives au Brésil, en Afrique et dans de nombreuses régions du monde en soutenant les agriculteurs par la formation, en déployant l’approche 4R et en encourageant l’innovation.

Ce projet à grande échelle créera un nouveau revenu pour nos agriculteurs en les récompensant de leurs efforts pour contribuer à l’action climatique mondiale. Le projet est un moyen concret d’explorer le potentiel de l’agriculture en tant que puits de carbone naturel et contribuera à atteindre les objectifs de l’accord de Paris». L’exploitant agricole sélectionné dans le cadre de ce projet, Sementes Tropical, est quant à lui l’une des premières sociétés agricoles brésiliennes à adopter les nouvelles technologies dans l’agriculture.

Son directeur exécutif Victor Griesang a expliqué que «nous sommes très heureux de pouvoir participer à ce projet. Nous sommes très intéressés à nous développer de manière durable. Nous voulons apprendre de nouvelles méthodes, mesurer de nouveaux points, découvrir de nouvelles technologies et nous adapter à une production agricole respectueuse de l’environnement».

OCP le leader mondial de la nutrition des plantes et premier producteur mondial d’engrais phosphatés, confirme ainsi sa stratégie visant à mener une transformation durable de l’agriculture et à encourager des pratiques innovantes pour améliorer les rendements et la qualité des sols.

Ce partenariat encouragera les pratiques agricoles régénératives pour améliorer le rendement et la qualité des sols grâce à des solutions digitales personnalisées et adaptées aux cultures. Pour Laurent Martel, directeur général de Bioline by InVivo, «l’agriculture carbone est un modèle naissant qui doit être testé sur différents terrains expérimentaux, aux côtés d’autres outils pour financer la transition, et une approche globale est primordiale pour identifier les meilleures approches.

Nous attendons beaucoup de notre partenariat avec le Groupe OCP à travers ce projet pilote qui alimentera notre base de connaissances pour créer et accélérer le déploiement de solutions qui aideront les agriculteurs à régénérer l’environnement et à diversifier leurs revenus».

Dans la pratique le projet appliquera l’outil d’analyse des sols piloté par l’IA d’Agrorobótica (Spectrométrie d’émission atomique de plasma induit par laser -LIBS-) pour mesurer et vérifier la teneur en carbone et le potentiel de séquestration. Fábio Angelis, fondateur et PDG d’Agrorobótica, a assuré que «le but d’Agrorobotica est de contribuer à la sécurité alimentaire et à l’atténuation des effets du changement climatique sur notre planète».

A noter que LIBS est une technique analytique qui utilise un rayon laser à haute focalisation pour créer un micro-plasma à la surface de l’échantillon de sol, afin de déterminer sa composition élémentaire sans générer de résidus chimiques nocifs. Cela permet à un agriculteur d’adopter les meilleurs pratiques régénératives, nécessaires à une agriculture durable.

Ces pratiques renforcent la capacité de séquestration du carbone dans le sol tout en améliorant sa santé et sa fertilité, ce qui permet de réduire les émissions de dioxyde de carbone, de soutenir la sécurité alimentaire et de contribuer à augmenter les revenus des agriculteurs. Les crédits Carbone générés par ce projet constituent une source de revenus pour l’agriculteur. Ils seront aussi mis en avant par le Groupe OCP pour atteindre ses propres objectifs de neutralité carbone à l’horizon 2040.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page