Auto

Mitsubishi L200 Sportero : Un 4×4 pas comme les autres

Sous ses airs de pick-up à vocation utilitaire, le L200 Sportero recèle l’âme et les organes d’un vrai tout-terrain. Doté d’un habitacle richement équipé, ce 4×4 à benne a de quoi séduire les jeunes cad’sup anticonformistes, amateurs de loisirs actifs et en quête d’un véhicule taillé pour l’évasion.

Dire que le L200 est un modèle vital pour Mitsubishi comme pour son importateur au Maroc serait un euphémisme, au vu de son succès et de sa notoriété. Lancé en 1971, ce modèle en est aujourd’hui à sa cinquième génération, laquelle remplace un best-seller. En effet et à lui seul, le précédent L200 s’est écoulé, en 9 années de carrière, à plus de 1,3 million d’exemplaires dans le monde ! Voilà pourquoi son remplacement constituait une question stratégique pour le constructeur aux trois rubis. Idem au Maroc où ce pick-up a réalisé l’an dernier 75% des ventes de l’importateur de la marque, Diamond Motors (groupe Auto Hall) qui propose depuis peu le L200 de nouvelle génération. Loin de sa vocation strictement utilitaire, la version Sportero s’adresse à une clientèle à part qui devrait apprécier son confort, sa polyvalence et aussi son nouveau look, crayonné dans l’air du temps.


Un nouveau faciès
Un style totalement inédit, même si le profil affiche une allure en continuité avec l’ancienne mouture. C’est surtout à l’avant qu’apparaissent les plus gros changements avec une calandre à barreaux, un bouclier remodelé et des projecteurs inédits. La signature lumineuse a été modernisée par le recourt aux diodes (LED) pour les feux de jour et à un éclairage au xénon. À l’arrière, les blocs de feux changent eux aussi de forme et débordent joliment sur les ailes. Entre ses jantes alu’ de 17’’, ses applications de chrome (coques des rétroviseurs, cerclage des antibrouillards…) et ses marchepieds argentés (latéraux et arrière) ce nouveau Sportero en jette ! Par ailleurs, le renouvellement de ce modèle a surtout permis à l’ingénierie du groupe nippon de travailler des aspects que l’on ne voit pas, mais qui s’apprécieront avec le temps. Ainsi, il est non seulement question d’une carrosserie renforcée et d’une rigidité torsionnelle accrue de 7%, mais aussi d’un gros travail d’insonorisation et de diminution des vibrations à bord. C’est à croire que le plus civilisé des pick-up Mitsu a une seule obsession : le bien-être de ses occupants.

Double cabine, grand luxe
À bord, la présentation a sensiblement évolué, comme pour montrer que le Sportero s’est un peu embourgeoisé. Une évidence qui apparaît dès que l’on pénètre à son bord. L’ouverture des portes se fait par le simple port du badge, la sellerie s’habille d’un cuir somptueux, tandis que le poste de conduite et l’équipement proposés sont dignes d’un SUV premium. Jugez-en : siège conducteur réglable électriquement, climatisation automatique bi-zone, démarrage par bouton, régulateur et limiteur de vitesse, autoradio à écran tactile de 6,1 pouces) avec connexions USB et Bluetooth, caméra et radar de recul, capteur de pluie, allumage auto des phares ou encore boîte automatique avec palettes au volant et mode sport ! Des équipements de confort de plus en plus courants sur une berline, mais qui sont encore rares chez la concurrence. À cela s’ajoute un arsenal sécuritaire complet, incluant l’ABS avec répartiteur EBD, ainsi que 7 airbags dont un pour les genoux du conducteur.

178 chevaux, ça déménage !
Sous le capot, il est toujours question du 2.5 litres DI-D, mais qui a lui aussi été revisité par les ingénieurs. Résultat : ce turbo diesel offre un meilleur répondant, ainsi que des seuils de consommation et de pollution en baisse. C’est ce qu’indique le constructeur qui promet une fiabilité accrue et annonce aussi que la boîte automatique est désormais sans entretien. De plus, ce moteur est maintenant disponible chez Diamond Motors dans sa version la plus puissante, soit 178 ch, pour un couple de 400 Nm. Inutile de dire qu’avec une telle puissance transmisse à deux ou quatre roues (via la molette du système 4×4 «Easy Select»), le Sportero s’annonce comme étant un redoutable véhicule polyvalent. Il est ainsi capable de s’aventurer en milieu champêtre, mais aussi de tracter de lourdes remorques sur l’autoroute. Bref, un véhicule taillé pour l’évasion, avec en prime, un positionnement bien étudié, son prix promotionnel (ou de lancement) étant de 349.000DH. De quoi interpeller les jeunes surfeurs autant que les quadragénaires et plus, passionnés de la mer ou ayant simplement le goût de l’aventure. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page