Maroc

Modèle de développement : des villes intermédiaires dans le pipe

Le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville compte aménager au moins 108 villes intermédiaires d’ici 2050. Objectif : dynamiser la politique de régionalisation avancée et faciliter l’implémentation du modèle de développement économique.

Le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice du nouveau modèle de développement économique. Nouzha Bouchareb et son équipe proposent notamment d’aménager de nouvelles villes intermédiaires à travers tout le territoire national. Parce qu’explique-t-on au sein du ministère, «les villes se positionnent aujourd’hui, comme étant de véritables moteurs du développement pour les économies locales et nationales. C’est à leur niveau qu’il est de plus en plus nécessaire de rechercher des réponses aux multiples enjeux que posent aujourd’hui la globalisation, l’efficacité économique, la cohésion sociale, l’amélioration du cadre et de la qualité de vie et la protection de l’environnement ». Ainsi, en tant qu’instruments de développement régional qui suscitent un renforcement des fonctions administratives, une redistribution des investissements et une intégration des projets, les villes intermédiaires auront un apport certain dans la nouvelle politique de régionalisation avancée. Et grâce à leur apport en termes de valeur ajoutée, elles pourront aussi faciliter et booster l’implémentation du nouveau modèle de développement économique en cours d’élaboration.


Des villes de 50 000 à 1 million d’habitants
Globalement, le projet porte sur l’aménagement d’au moins 108 villes intermédiaires, qui ont été déjà identifiées par le Département de l’habitat, dans le cadre du Schéma national de l’armature urbaine nationale (SNAU). Ces dernières comptent chacune entre 50.000 et 1 million d’habitants (voir encadré), et le ministère cherche actuellement à s’attacher les compétences d’un bureau d’études (BET) pour l’aider à confirmer leur vocation et à mettre en place une stratégie nationale des villes intermédiaires. L’étude attendue du BET devra porter sur deux types d’analyse. D’une part, une analyse du réseau des villes intermédiaires qu’il devra caractériser à partir du croisement d’indicateurs pertinents inhérents à la dynamique démographique et sociale, au poids économique, à l’état de l’environnement, au statut administratif, à la desserte, à la connectivité et à l’importance du territoire dans la morphologie urbaine, à l’appartenance géographique, au niveau d’équipements en infrastructures, etc. Et une analyse du rôle et du devenir des villes intermédiaires dans le renforcement de l’armature urbaine. Ce n’est pas tout ! L’étude devra aussi apporter des éclairages au ministère et à ses partenaires sur les choix stratégiques à adopter en vue d’aiguiller les villes intermédiaires vers les trajectoires de développement durables, en se fondant sur une vision à long terme partagée susceptible d’en faire des leviers de développement régional
et des moteurs de la croissance économique.

Une stratégie nationale dédiée attendue
Last but not least, le BET devra in fine concevoir, sur la base d’une vision prospective, une stratégie nationale des villes intermédiaires et un programme d’actions sur la place des villes intermédiaires dans le système urbain et leur rôle dans le renforcement de la résilience du réseau urbain ainsi que dans l’équité territoriale et le développement des territoires décentrés. À signaler qu’en plus de cette liste de villes intermédiaires déjà identifiées, le BET pourra s’inspirer des référentiels nationaux et des résolutions issues des nombreuses rencontres organisées sur le sujet. Parmi elles, figurent le 1er forum mondial sur les villes intermédiaires, une rencontre institutionnelle et de gouvernance multi-niveau tenue à Chefchaouen en juillet 2018, sous le thème « Pour une stratégie nationale des villes intermédiaires pour l’implémentation des ODD du Maroc » ; la 8e édition du Sommet Africités à Marrakech, en novembre 2018, qui a été marquée par l’organisation du premier atelier pour le développement de l’accord signé dans le cadre du premier forum mondial sur les villes intermédiaires tenue à Chaouen en juillet 2018 ; et plus récemment le 2e atelier pour la définition d’une «Stratégie Nationale des Villes Intermédiaires», sous le thème «Le rôle et la place des Villes Intermédiaires dans le post-COVID, au Maroc», tenu le 22 septembre 2020 à Rabat. 

Les 108 villes intermédiaires ciblées

Dans le cadre du Schéma national de l’armature urbaine nationale (SNAU), le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme et de la politique de la ville a identifié 108 villes, à caractère intermédiaire, à édifier à l’horizon 2050, pour structurer et renforcer le système urbain au niveau national. Il s’agit de : El Jadida, Mohammédia, Berrechid, Nador, Settat, Berkane, Ksar El Kebir, Fquih Ben Salah, Larache, El Kelaâ des Sraghna, Oulad Teima, Sefrou, Sidi Slimane, Taroudant, Tan Tan, Es-semara, Skhirate, Dakhla, Guelmim, Taza, Errachidia, Ouarzazate, Essaouira, Al Hoceima, Bouarfa, Safi, Khouribga, Ben Guerir, Lakhyata, Zenata, Had Soualem, Lqliaa, Tagadirt, Tit Mellil, Laroui, Bni Ansar, Fnideq, Tamensourte, Chrafate, Martil, M’Diq, Souk El Arbaa, Mazagan, Ait Ourir, Tiflet, Oued Zem, Ait Amira, Ain El Aouda, Sidi Rahal, Chatai, Deroua, Nouaceur, Tamesna, Selouane, Sidi Bouknadel, Benslimane, Aourir, Al Aaroui, Souk Sebt, Ouled Nemma, Gueznaia,, Bab Zaers Laattaouia, Biougra, Ain Cheggag, Bouznika, El Hajeb, El Aioun Sidi Mellouk, Kasba Tadla, Mehdya, El Marsa, Sidi Slimane, Echcharraa, Boujdour, Chwiter, Imzouren, Zaio, Lbir Jdid, Mediouna, Ain Taoujdate, Sidi Yahya El Gharb, Zeghanghane, Azemmour, Jerada, Tahannaout, Sabaa Aiyoun, Assilah, Ain Attig, Mechraa Bel Ksiri, Tata, Amizmiz, Taha, Ouled Ayad, Ahfir, El Ouatia Saidia, Tarfaya, Bhalil, Khénifra, Guercif, Taourirt, Khémisset, Tiznit, Midelt, Youssoufia, Sidi Kacem, Sidi Bennour, Azrou, Ouezzane, Chefchaouen.

Aziz Diouf / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page