Maroc

Crise hydrique : flou total à Taroudant

À l’issue de la dernière Commission régionale de l’eau, tenue le 13 novembre en visioconférence, seulement 450.000 m³ sous forme de dotation d’eau à usage agricole ont été consacrés à ce périmètre. Selon les professionnels, cette quantité n’assurera que deux jours d’irrigation durant cette période de forte chaleur. Les entités ont tenu une séance avec le wali de la Région Souss-Massa, qui préside la Commission régionale de l’eau.

Les agrumiculteurs du périmètre de Sebt El Guerdane à Taroudant ne savent plus à quel saint se vouer. Dans la foulée des données, étudiées lors de la dernière commission sur l’eau, tenue le 13 novembre en visioconférence, il ressort que 450.000 m³ seulement de dotation d’eau à usage agricole ont été consacrés à ce périmètre. Notons que Sebt El Guerdane est l’un des principaux fournisseurs d’agrumes au Maroc, à raison d’une production nationale de l’ordre de 250.000 tonnes. Pour l’irrigation du bassin d’Ouzioua à Taroudant, un volume de 50.000 m³ a été mobilisé. Pour la Commission régionale de l’eau, cette quantité permettra d’assurer l’irrigation pour une période de dix jours. Les professionnels, eux, ne sont pas du même avis. Selon un communiqué de la section Souss de l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (ASPAM) et l’Association des usagers des eaux agricoles (AUEA) «Al Mostaqbal», ce volume couvrirait à peine les besoins de deux jours, mais en période normale. Or, depuis plusieurs jours, une forte chaleur est enregistrée dans la région avec une température dépassant les 35 degrés, alors que la moitié du périmètre dépend directement des eaux du barrage. La demande sur l’eau d’irrigation, devant en principe enregistrer une baisse durant cette période hivernale, s’intensifie donc avec les vagues de chaleur dans cette zone composée de 10.000 ha de vergers plantés, soit l’équivalent de 600 exploitations. Au total, les apports en eau, selon l’Agence du bassin hydraulique Souss-Massa après les dernières précipitations, sont estimés à 7,5 Mm³, depuis le mois d’octobre dont 5,5 Mm³ parvenues au barrage d’Aoulouz. Notons que cette infrastructure est le principal fournisseur en eau de cette zone, dans le cadre de la sauvegarde de 10.000 ha d’agrumes, à travers une concession à la société Amensouss avec une dotation de 45 Mm³/an à partir de ce complexe hydraulique.


Une réunion avec le président de la commission
Selon la section de l’ASPAM et l’AUEA, les nouveaux apports en eau auraient dus être consacrés à l’irrigation agricole du périmètre de Sebt El Guerdane. Les professionnels se disent surpris par la décision de ne consacrer que 450.000 m³ d’eau à cette zone. Ils martèlent que la résolution de la problématique de la pénurie d’eau dans la région ne devrait pas se faire au détriment des années d’investissement engagées dans cette zone qui a fait appel au premier partenariat public-privé à l’échelle nationale en 2005. Dans ce contexte, les professionnels ont tenu une réunion avec le président de la Commission régional de l’eau. Plusieurs points ont ainsi été abordés, notamment le manque de visibilité des agrumiculteurs par rapport à la question de l’irrigation ainsi que les problématiques techniques liées à ces restrictions, en plus de l’impact de cette situation sur le réseau et les ouvrages d’irrigation, sans oublier les répercussions de la fermeture de la zone d’El Guerguarat sur la production agrumicole. En effet, le blocage de ce passage avant sa sécurisation a fait que la production destinée au marché subsaharien a été écoulée au niveau du marché local.

Les réserves des barrages toujours en baisse
En attendant plus de visibilité, les réserves d’eau des principaux barrages de la Région Souss-Massa ont considérablement diminué pour se situer à 11,73%, soit 85,74 Mm³. Autrement dit, plus de 89% de la capacité est vide. L’ensemble des bassins affiche des déficits chroniques. C’est d’ailleurs le cas du barrage Abdelmoumen sur Oued Issen à Taroudant qui représente le déficit le plus alarmant parmi les barrages de la région. Sur 198,4 Mm³ de capacité normale de ce barrage, le taux de remplissage est actuellement de 1,06%. Il est suivi de Moulay Abdellah, situé à Tamri, au nord d’Agadir à hauteur de 9,20% et du barrage Youssef Ben Tachfine qui irrigue la plaine de Chtouka. Disposant d’une capacité de 298,9 Mm³, ce barrage est rempli à hauteur de 11,99%. Le constat de déficit est le même pour le barrage Moukhtar Soussi, rempli à hauteur de 13,18% en plus d’Aoulouz, dont le taux de remplissage est actuellement à 30,69%. Les autres barrages de Dkhila, Imi El Kheng et Ahl Souss sont respectivement remplis à hauteur de 54,82%, 49,64% et 42,58%.

La dotation réduite à 450.000 m³
Pour rappel, la dotation consacrée au périmètre agricole de Sebt El Guerdane a été réduite de deux tiers, depuis le 19 mai. Il s’agit d’une baisse de 40 à 13 Mm³ à partir du mois de mai jusqu’à octobre. Avant de suspendre la dotation d’eau, la Commission régionale de l’eau avait attribué une dotation de 3,6 Mm³ par mois d’eau d’irrigation aux agrumiculteurs, soit une réduction de 30% par rapport au besoin mensuel de 5 Mm³ entre juin et octobre. En effet, c’est dans une optique d’optimisation du modèle de gestion de l’eau à usage agricole que le projet El Guerdane (premier partenariat public-privé) a été effectué au Maroc pour la sauvegarde de 10.000 ha d’agrumes. Aujourd’hui, à cause de la pénurie d’eau dans la Région Souss-Massa et Agadir en particulier, le volume stocké dans ce barrage est sous pression quant à la sécurisation des besoins en eau potable et à l’irrigation agricole de ce périmètre.

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page