Maroc

Casablanca-Settat : des rallonges financières pour l’Agence d’exécution des projets

Les grands élus de la Région Casablanca-Settat se focalisent sur les missions dévolues à l’Agence d’exécution des projets, avec une nouvelle feuille de route établie à cet effet. Les sept commissions permanentes devront, pour leur part, préparer l’ordre du jour de la session extraordinaire du Conseil régional, prévue le  4 novembre.

C’est une rentrée très chargée pour les membres du Conseil régional de Casablanca-Settat qui enchaînent les réunions destinées à boucler une série de projets jugés névralgiques pour ce mandat. Lesdits membres ont convenu de tenir jeudi 4 novembre une session extraordinaire en vue d’adopter le projet de budget de l’année 2022. «Le Comité de suivi et de contrôle de l’Agence régionale de l’exécution des projet a tenu une session extraordinaire sous la présidence du président du Conseil régional, et en présence des cadres de l’agence, en vue d’adopter un budget rectificatif de cette dernière pour le compte de l’année 2021. Cet amendement vise à programmer une dotation supplémentaire pour réaliser une étude sur la préparation des projets de développement régionaux», indique un membre du Conseil. «L’état d’avancement des projets en cours a été, également, examiné avec une importance particulière accordée aux projets qui rencontrent certaines difficultés», précise-t-il à l’issue de cette réunion qui vise à accorder à l’agence les dotations nécessaires en vue d’accomplir ses missions durant la première année du mandat. Plusieurs nouveaux cahiers des charges devront être élaborés dans le cadre des contrats gérés par l’agence qui travaille sous la supervision directe du bureau du Conseil régional. L’agence devra aussi mieux s’impliquer dans la délimitation des zones qui seront dédiées à l’investissement et surtout «examiner les demandes émises par les collectivités territoriales en ce qui concerne l’assistance sollicitée pour la réalisation des projets».


Les commissions définissent leurs priorités
Les sept commissions du Conseil régional, nouvellement installées, ont finalisé les préparatifs en vue de valider le projet de budget 2022, ainsi que les secteurs qui seront prioritaires durant la première année du mandat. Les membres du conseil cherchent, actuellement, à créer un climat favorable entre élus de la majorité et de l’opposition dans l’objectif de ne pas entraver l’exécution des projets. C’est dans ce cadre que la présidence de la Commission de l’aménagement du territoire a été confiée à Mohamed Chiker, élu du PPS, de même que le Comité de suivi de l’Agence d’exécution des projets a été renforcé par un élu de l’opposition, en l’occurrence Said Zouhair, de l’UC, en tant que représentant des groupes de l’opposition au sein du comité. À noter que les membres du conseil ont élu Mbarek Afiri, élu de l’Istiqlal en tant que président de la Commission du budget, des affaires financières et de la programmation, de même que Youssef Mouflih, du PAM, a été élu président de la Commission du développement économique. Trois autres commissions ont été aussi installées en vue de contribuer à la finalisation de l’ordre du jour de la session ordinaire du Conseil régional, avec une liste limitative qui découlera des partenariats à conclure, ainsi que pour les secteurs du transport et des infrastructures au sein des zones rurales de la région. Pour rappel, et c’est une première dans l’histoire du conseil, deux femmes ont été élues. Il s’agit de Rabha Saleh du RNI, en tant que présidente de la Commission de l’enseignement et de la recherche scientifique, et Fatiha El Maouche du parti de l’Istiqlal, en tant que présidente de la Commission chargée des affaires de la famille.

Un plan d’action conjoint entre l’État et la région

La finalisation du Schéma régional de l’aménagement du territoire (SRAT) demeure le principal objectif de la rentrée pour la Région Casablanca-Settat. Un plan d’action conjoint, entre la région et l’État, sera finalisé dans l’objectif de «doter l’ensemble des intervenants d’une vision commune sur les défis de la région et la définition des choix stratégiques, selon une approche participative, outre les mécanismes de mise en œuvre et la définition des espaces prioritaires devant abriter les projets structurants de la région», selon la feuille de route prévue. L’étape de diagnostic territorial stratégique a pu être bouclée, ce qui permettra aux membres du conseil de valider les orientations stratégiques et les champs d’intervention du nouveau schéma régional d’aménagement du territoire ainsi que ses moyens d’exécution. Outre la mise en place d’une Charte régionale d’aménagement et de développement, portant sur les programmes prioritaires et leur cadre budgétaire, le SRAT devra permettre à l’État et à la région de mieux cibler leurs interventions via des contrats qui seront signés en 2022.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page