Maroc

Amane Souss : Une seconde ligne de production à Agadir

La société des eaux minérales Al Karama, filiale agroalimentaire de Ynna Holding, compte lancer une seconde ligne de production de 30 millions de litres au niveau de son usine d’embouteillage à Ait Melloul, pour le format 1,5 litre et 50 centilitres.


La société des eaux minérales Al Karama, filiale agroalimentaire de Ynna Holding, compte lancer une seconde ligne de production de 30 millions de litres au niveau de son usine d’embouteillage à Ait Melloul certifiée ISO 9001 V 2008, en matière de Qualité et ISO 14001 en Environnement. La capacité de production devrait atteindre près de 60 millions de litres, car la société est décidée, à partir de l’année prochaine, à lancer sur le marché marocain son format 1,5 litre et 50 centilitres. «Grâce à cette ligne de production, notre package sera complet et la nouvelle gamme de produits sera jointe aux deux formats déjà commercialisés sur le marché marocain, depuis octobre 2015, à savoir 5 litres pour le segment de familles et 3 litres pour les jeunes», explique Mounir El Bari, directeur général d’Al Karama.

Aujourd’hui, le lancement de Amane Souss a nécessité un investissement de 40 MDH. Cette eau de table, minéralisée par système d’ultrafiltration et d’osmose inverse, au sein de l’usine d’Ait Melloul, est mise dans une écobouteille opaque et de couleur bleu azur. «Le choix de la couleur de la bouteille n’est pas fortuit puisqu’il permet de préserver l’eau des rayons du soleil et l’aide à conserver sa qualité à l’intérieur de la bouteille, surtout qu’au niveau du Maroc, la chaîne de froid n’est pas très bien respectée et les commerçants stockent leurs marchandises en plein soleil», ajoute Mounir El Bari.

De surcroît, un laboratoire interne contrôle l’eau embouteillée plusieurs fois par jour à travers des analyses physico-chimiques et micro-biologiques tandis qu’un système d’identification garantit la traçabilité permanente des bouteilles. Jusqu’à présent, Amane Souss, qui puise sa dénomination de la culture amazighe, a écoulé plus de six millions de litres, principalement sur les marchés du sud du Maroc, grâce à son ancrage territorial et à sa proximité. Le réseau mise sur la proximité et donne la priorité aux circuits locaux, notamment les épiceries, grandes et moyennes surfaces, cafés, hôtels et restaurants. D’une superficie de 5.000 m², l’usine d’Ait Melloul, dispose d’une capacité de stockage 1.000 palettes.  


 

Mounir El Bari
Directeur général de la société des eaux minérales Al Karama

«Nous comptons lancer d’autres usines»

Les Inspirations ÉCO :  Après le lancement de cette nouvelle gamme de produits, comment définissez-vous le nouveau positionnement de votre entreprise ?
Mounir El Bari : Nous avons  voulu qu’Al Karama se positionne d’une façon régionale. Nous avons lancé cette unité d’embouteillage au sein de la zone industrielle d’Ait Melloul pour nous rapprocher des consommateurs du sud marocain et pour leur offrir un produit haut de gamme à des prix raisonnables. Actuellement, la concurrence sur le marché se base essentiellement sur la question du prix, et l’industrie de l’embouteillage de l’eau en général est une industrie de proximité. Vu la cherté du coût de la logistique qui n’est pas encore très bien développée, nous avons opté pour ce rapprochement du client final. Nous avons adopté cette stratégie pour une meilleure proximité et nous comptons lancer d’autres usines dans d’autres régions du Maroc.
 
En termes de maillage régional, comment se porte le réseau de la société des eaux minérales Al Karama ?
Aujourd’hui, la distribution de notre produit «Amane Souss» se fait dans des villes qui sont proches d’Agadir, à savoir Essaouira, Marrakech et Safi, mais on s’est positionné aussi, dans des villes consommatrices de l’eau et dont le pouvoir d’achat est élevé, notamment Casablanca, Rabat et bien d’autres. Nous sommes présents dans le circuit traditionnel, les CHR (Cafés, Hôtels, Restaurants) surtout les hôtels qui consomment la bouteille de 5 L, mais aussi les GMS (Grandes et moyennes surfaces).
 
Combien représentent les GMS dans votre distribution ?
Aujourd’hui, les GMS représentent environ 7%, mais notre objectif est d’arriver à 25%, à partir de l’année prochaine. Ce réseau commence à prendre de l’ampleur puisqu’il représente 20% du business au Maroc. Compte tenu du démarrage de notre activité, nous comptons également référencer toutes les enseignes durant cette année.

Comptez-vous lancer d’autres usines ?
En effet, nous comptons lancer d’autres usines régionales au Maroc et répondre à la demande des consommateurs qui habitent dans des endroits où la logistique n’est pas bien développée. Nous avons aussi des plans pour le développement de Aïn Soltane sur le territoire marocain. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page