Éco-Business

Voitures d’occasion au Maroc : ça bouge sur Avito !

Entre les dix jours précédant le confinement et l’approche du déconfinement, Avito a réalisé une étude sectorielle sur le marché des voitures d’occasion. Le n°1 marocain des plateformes de petites annonces note une reprise généralisée de l’offre et de la demande, avec une nette accélération de la demande par rapport à l’offre. 

Lorsqu’on dispose d’une plateforme digitale de référence dans une activité touchant le grand public comme les petites annonces, il est plus aisé d’obtenir des données quantifiées et d’en faire une synthèse. C’est ce qu’a fait Avito, qui a mené l’enquête, durant la période de confinement, avant de présenter une étude sectorielle sur le marché des voitures d’occasion (VO). Le leader marocain des plateformes de petites annonces (plus de 30.000 nouvelles annonces déposées chaque jour) a ainsi constaté «une chute de 89% de l’offre, à compter des dix jours précédant le confinement», suivie d’un rebond d’activité accompagné d’«un changement des tendances de recherche à l’approche du déconfinement». «Entre le 25 mai et le 12 juin, l’offre quotidienne a été multipliée par trois, pour atteindre les niveaux habituels d’avant-crise», indique Avito.


Ce regain pourrait traduire différents besoins que n’explique cependant pas la source. À nous, donc, de pronostiquer… Il y a d’abord l’hypothèse selon laquelle certains ménages sont parvenus à faire des économies durant le confinement, si bien qu’ils réfléchissent désormais à changer de voiture. D’où le dépôt d’une annonce dans la rubrique VO. Si cette piste s’avère juste, il y a lieu de s’attendre à un joli retour à la demande sur le marché de la voiture neuve. Il y a, à l’inverse, la probabilité qu’un bon nombre de ménages ou même de petites entreprises qui se sont retrouvés en difficulté suite à des revenus amputés de moitié -voire à une activité fortement sinistrée ou en total arrêt- aient décidé de mettre en vente leur véhicule. Dans ce cas, et au vu de l’abondance de l’offre et de l’urgence des besoins en cash, les prix affichés risquent d’être renégociés à la baisse. Autre supposition, celle qu’une majeure partie de la classe moyenne cherche et se donne les moyens soit d’accéder à l’automobile, soit d’en changer en privilégiant le VO. Une possibilité confortée par l’étude d’Avito qui «démontre une demande supérieure à celle de l’avant-crise» et«une nette accélération de la demande par rapport à l’offre, qu’il s’agisse des véhicules particuliers ou premium». La même source révèle que cette «demande supérieure à celle de l’avant-crise concerne davantage les marques Renault (20.000 demandes quotidiennes), Peugeot (16.000 demandes quotidiennes), Volkswagen (15.000 demandes quotidiennes), Dacia (12.000 demandes quotidiennes), Hyundai (7.000 demandes quotidiennes) et Citroën (6.000 demandes quotidiennes)».

Enfin, s’agissant des prix moyens des véhicules particuliers des marques généralistes, ils n’ont pas vraiment changé, à l’exception de Peugeot qui a enregistré 18% de croissance depuis le début du mois d’avril, ce qui est un bel indicateur pour l’image et la cote de revente de la firme au lion. Quant aux labels premium, leurs prix moyens ont connu une hausse allant jusqu’à 50% par rapport aux tarifs observés en temps normal. Là encore, c’est un indicateur intéressant qui pourrait traduire une autre tendance: celle de voir les acheteurs de voitures haut de gamme privilégier le neuf plutôt que le VO.

Jalil Bennani
Les Inspirations ÉCO

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer