Now Reading
Transition énergétique : La région de Vaasa, un exemple à suivre…

Transition énergétique : La région de Vaasa, un exemple à suivre…

Ouverte mardi matin par le maire de la ville,Tomas Nayry, la manifestation courue par tous les férus de technologies green à travers le monde se déroule en «flux tendu». Exactement au rythme du dynamisme de la ville. Un élan salué par tous que le maire a quand même tenu à rappeler dans son allocution d’ouverture. «Ici à Vaasa, nous mangeons, nous respirons et nous vivons technologies», a-t-il souligné.

La 7e édition de la Vaasa EnergyWeek bat encore son plein en Finlande ! Ouverte mardi matin par le maire de la ville,Tomas Nayry, la manifestation courue par tous les férus de technologies green à travers le monde se déroule en «flux tendu». Exactement au rythme du dynamisme de la ville. Un élan salué par tous que le maire a quand même tenu à rappeler dans son allocution d’ouverture. «Ici à Vaasa, nous mangeons, nous respirons et nous vivons technologies», a-t-il souligné dans une salle comble.

Championne en technologies
En effet,Vaasa est une région très dynamique en matière de technologies énergétiques. Ne représentant que 2% de la population de la Finlande, la région de Vaasa génère 30% des exportations totales de la Finlande en technologies énergétiques, soit un peu plus du quart. Ceci grâce à près de 150 entreprises industrielles, dont la plupart sont des leaders mondiaux dans leur créneau, qui réalisent un chiffre d’affaires de 4,4 milliards d’Euros (environ 45 MMDH) avec 80% de leurs ventes à l’export. La région de Vaasa est également connue pour ses importants investissements en matière de recherche-développement. Si le ratio communément recommandé par les Nations Unies tourne autour de 0,75% du PIB, celui-ci se situe autour de 3% dans cette région nordique où la plupart des multinationales ont une filiale. C’est le cas de Wartsila, de Veo, de Vaasan Sahko, de Danfoss ou encore des plus connues telles que l’équipementier électrique helvétique ABB et le spécialiste américain du stockage électrique Tesla (1), toutes sponsors et exposant à la Vaasa EnergyWeek. Un événement que le maire de la ville de Vaasa dit soutenir de toutes ses forces parce qu’il permet, chaque année, de montrer au monde ce qu’une petite ville est capable de faire en termes de prouesses technologiques.

Le lithium est l’avenir du stockage électrique
D’ailleurs, tout juste après son allocution, deux sociétés membres du cluster de la région de Vaasa ont présenté leurs solutions en matière de stockage et de production électriques à travers des batteries en lithium. À ce propos, Pertti Lambert, le président de Kelibert, société active dans la production de batteries en lithium a appris à l’assistance que «le lithium est l’avenir du stockage électrique dans le monde». Et que dans une vingtaine d’années, il n’existera plus aucune batterie conventionnelle au Nord de l’Europe. C’est sans doute pourquoi, ajoutera-t-il, sa société a un carnet de commandes plein jusqu’en 2020. Prenant sa suite, Martti Alatalo, le directeur de Danfoss Drives spécialisée également dans la production de batteries en lithium a abondé dans le même sens. Selon lui aussi, le lithium est promis à un bel avenir, toutefois, nuance-t-il, «il faudrait que nos fournisseurs en intrants (cobalt, manganèse, etc), principalement installés en Asie, puissent suivre la cadence, notamment en palliant les insuffisances potentiellement remarquées au niveau de la production de certains d’entre ces intrants. Dans l’après-midi, Viexpo a organisé la toute première édition des Energy Week Awards. Sur un total de 14 entreprises, 7 ont été en définitive retenues pour participer à une finale. Et donc c’est sous l’œil attentif d’un jury composé de sept personnalités connues dans le domaine technologique local, que ces derniers ont été invités tour à tour à présenter leur trouvaille. Par exemples : CO2 Puff est une startup qui a présenté un algorithme intelligent calculant en temps réel la pollution générée par le trafic automobile dans un espace donné ; Logset a inventé et mis au point une machine qui permet à la fois de couper les arbres, de les traiter et les conditionner sur place en forêt avant de les acheminer vers les usines ; quant à Solixi, elle a mis au point une technologie qui permet d’augmenter la performance des systèmes énergétiques solaires. Finalement, c’est la société Virta qui a été désignée gagnante de la première édition des Energy Week Awards pour son innovation Virta Home, un chargeur intelligent de véhicule électrique qui se déclenche automatiquement en choisissant le meilleur moment où les tarifs sont en baisse et la quantité de charge disponible. Mercredi 21 mars, la Vaasa Energy Week s’est poursuivie avec un séminaire sur le stockage énergétique. Il y était surtout question de stockage d’énergie mix, de 100% d’énergies renouvelables, de micro-grids et de résultats de recherches dans ce domaine publiés par le Centre technique de recherche de la Finlande.


Energyfinance en ouverture du show

Le programme conçu et déroulé par l’agence Viexpo est dense et très intéressant. En effet, depuis lundi, la veille de l’ouverture officielle du salon, présidée par le maire de la ville de Vaasa, le ton a été donné. Vaasa, le hub nordique des technologies vertes a en effet abrité une soirée dédiée à la finance énergétique. L’occasion de présenter une dizaine de fonds de soutien qui tous oeuvrent pour la dynamisation de la transition énergétique en Finlande mais également dans le monde. Parmi ces fonds, on peut notamment citer NEFCO, NFC, Energy Financing Vaasa, Finpartenership, EEP Africa, Business Finland, etc. Si les trois premiers sont surtout orientés sur le financement local de projets à Vaasa ou en Finlande en général, les autres pointent tous leur regard vers l’extérieur et précisément vers les pays en voie de développement. Certains pays l’ont compris et en profitent au maximum. Parmi eux, on peut notamment citer la Zambie, la Namibie…et dans une moindre mesure le Sénégal. Ce qui a fait dire à Antti Loikas, conseiller commercial au ministère des Affaires étrangères finlandaises que «C’est regrettable qu’on ne fasse presque rien avec le Maroc. Et pourtant, tous les instruments sont disponibles…» .

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés