Monde

Soudan: la police utilise du gaz lacrymogène contre des manifestants

La police soudanaise a tiré du gaz lacrymogène contre les centaines de personnes venus manifester après la prière du vendredi dans une mosquée à Omdourman, près de la capitale Khartoum.


Le pays est en proie à un mouvement de contestation sociale depuis le 19 décembre, le Soudan est confronté à une vague de manifestations, parfois meurtrières, contre notamment sur le triplement du prix du pain. A Omdourman, ville située en face de Khartoum, de l’autre côté du Nil, des centaines de fidèles sortis de la prière du vendredi ont commencé à manifester lorsque des policiers anti-émeutes ont tiré du gaz lacrymogène, dispersant la foule.

 Selon des témoins, cités par des médias. Des manifestations similaires ont éclaté dans certaines zones du nord de Khartoum, à la fin de la prière, selon d’autres témoins. Les forces de sécurité restaient déployées dans plusieurs lieux de la capitale. A Atbara (est), ville où a débuté le mouvement de contestation, des manifestations se sont aussi tenues. Jeudi, des militants et des groupes d’opposition avaient appelé à manifester dans les jours à venir. Selon les autorités, 19 personnes, dont deux membres des forces de sécurité, ont été tuées au cours des manifestations depuis le 19 décembre. La plupart des manifestants ont été tués lors d' »incidents liés au pillage », a assuré jeudi le porte-parole du gouvernement, Boshara Juma. Sur décision du gouvernement, le prix du pain est passé d’une livre soudanaise (1 centime d’euro) à trois livres, tandis que le prix du carburant grimpait également, provoquant la colère de la population.






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page