Eco-Business

Sofitel Agadir Royal Bay. Après la fermeture, le dialogue au point mort

Après plus de deux semaines de concertations, le dialogue entre les salariés de l’hôtel Sofitel Agadir Royal Bay Resort et le groupe RISMA, locataire de l’unité, est au point mort. Après la tenue de rounds techniques, les 26 et 27 mai, entre les deux parties dans le cadre de la Commission préfectorale d’enquête et de conciliation d’Agadir-Ida Outanane, la réunion prévue ce jeudi 28 mai, devant mener à l’exposition des conclusions des réunions techniques et à une solution consensuelle pour mettre fin à la relation de travail entre l’employeur et les employés, a été annulée.

Selon les procès-verbaux réalisés à l’issue desdites réunions, le bureau syndical affilié à la Fédération des syndicats démocratiques (FSD) avait proposé d’octroyer 90% des indemnités et droits aux employés alors que l’offre du représentant de RISMA avait seulement offert 45%. Pour résoudre ce conflit collectif, le premier opérateur touristique au Maroc avait aussi promis de sauvegarder 25% de l’effectif en fonction des besoins de la société, tandis que le bureau syndical a exprimé sa réserve quant à la décision de l’administration de l’établissement, cette dernière étant revenue sur son engagement conformément au procès-verbal paraphé le 4 mai dernier. Ce dernier consistait à verser 50% du salaire mensuel aux employés pour les mois de mai et juin prochains au lieu de l’indemnité de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).


Les autres propositions
D’autres points ont été proposés lors de ces réunions. Outre le redéploiement des employés dans d’autres unités touristiques, le bureau syndical a insisté sur la prise en considération des cas sociaux selon les besoins de la société. Pour la section de la FSD, la priorité doit être donnée à la résolution de la situation des employés qui seront prochainement à la retraite et ceux souffrant de maladies chroniques, outre la réintégration des salariés mariés en fonction des besoins de la société.

En attendant la résolution de ce conflit collectif et la reprise de cet actif hôtelier, RISMA avait annoncé, le 14 mai, la fin du contrat de location du Sofitel Agadir Royal Bay, arrivant à échéance le 30 juin 2020, qui le liait depuis 2004 à la société ABS Holding, propriétaire de l’hôtel commercialisé sous l’enseigne Sofitel du groupe Accor. Selon le premier opérateur touristique au Maroc, qui recense 27 unités hôtelières ouvertes en 2019, cette décision intervient suite à un commun accord entre les deux parties, compte tenu de la vétusté de l’hôtel qui nécessite une rénovation profonde pour répondre aux standards 5 étoiles, et n’est en rien liée à la conjoncture actuelle.

Par ailleurs, RISMA reste propriétaire du Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa qui reste ouvert et poursuit son activité. Pour rappel, la première séance de conciliation a été tenue à la wilaya de la région Souss-Massa, le mardi 12 mai, dans le cadre de la Commission préfectorale d’enquête et de conciliation d’Agadir-Ida Outanane, instituée par l’article 557 du Code du travail pour résoudre ce conflit collectif. D’une capacité de 273 chambres, soit 546 lits, le Sofitel Agadir Royal Bay Resort est situé en front de mer dans la station balnéaire d’Agadir. Il a été mis en exploitation par RISMA (locataire) suite à la signature, en avril 2004, d’un contrat de location avec le propriétaire émirati de l’établissement, à savoir la société ABS Holding. Ledit contrat a été conclu suite à l’échec de sa commercialisation sous l’enseigne touristique «Millenium».

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer