Now Reading
Secteur des services : Du business à faire au sénégal

Secteur des services : Du business à faire au sénégal

Maroc Export et la Fédération du commerce et services (FCS) ont organisé, du 3 au 5 mai, une mission B to B à Dakar. Celle-ci a permis aux opérateurs marocains de prospecter le marché sénégalais et de le comparer à son concurrent ivoirien.

Après Abidjan en 2015, la Fédération du commerce et services (FCS) a mis le cap cette année sur Dakar. En partenariat avec Maroc Export, la FCS a organisé une mission B to B dans la capitale sénégalaise du 3 au 5 mai. Une quinzaine d’entreprises marocaines ont pris part à ce déplacement, le premier du genre pour la FCS dans la capitale sénégalaise. Ce séjour de prospection a été rythmé par l’organisation d’une journée de rencontres B to B qui s’est tenue à l’hôtel Terrou Bi de Dakar, avec la participation de plusieurs entreprises sénégalaises. Durant cette première journée d’affaires, des centaines de rencontres B to B ont été réalisées. Les deuxième et troisième jours ont été marqués par des visites sur sites dans la capitale sénégalaise et par la tenue de nouveaux rendez-vous B to B.

Profils
Selon le feed-back des opérateurs ayant pris part à ces échanges, le constat qui s’impose est que le marché ivoirien semble présenter plus d’opportunités que celui du Sénégal. Les profils rencontrés en 2015 à Abidjan étaient nettement plus percutants que ceux qui ont répondu présents à Dakar. Malgré tout, des projets de partenariats prometteurs ont été étudiés avec certaines entreprises sénégalaises. Les visites sur sites effectués au siège de la Bank of Africa, la filiale africaine de BMCE Bank, au port autonome de Dakar, ainsi que chez la holding 100% sénégalaise, CCBM, ont permis aux opérateurs marocains de présenter leur offre de services dans plusieurs domaines, notamment le consulting, la fourniture de solutions de gestion d’entreprises ou encore dans la formation des ressources humaines.

Revenir
À la FCS en tout cas, on est conscient que la pénétration du marché sénégalais requiert un intense travail qui s’étale dans la durée. «Nous sommes surtout venus pour nouer des partenariats dans la durée avec nos homologues sénégalais. Il s’agit de notre première visite et ce ne sera pas la dernière», a précisé le vice-président de la FCS, Ahmed Chahbi, lors de la première journée de rencontres B to B.

Dans le pipe, il serait notamment question d’organiser plusieurs missions de ce genre avant la fin de l’année, afin de multiplier les chances de concrétiser les projets entamés, mais aussi de fidéliser les partenaires locaux. L’objectif de la Fédération est aussi de «pouvoir être un relais au Maroc pour les entreprises sénégalaises qui souhaitent prendre contact avec les fournisseurs et opérateurs marocains», ajoute Mohamed Taib, directeur de la FCS. La même démarche a été entamée depuis tout juste une année en Côte d’Ivoire, lors de la mission de prospection à Abidjan. Celle-ci a en effet permis à certains opérateurs marocains de décrocher des marchés intéressants dans ce pays en pleine émergence. Outre la Côte d’Ivoire et le Sénégal, la FCS entend investir tous les pays où les entreprises marocaines ont une forte présence. 

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés