Maroc

Rentrée scolaire: des cours en présentiel pour le privé ?

Lors d’une rencontre dédiée à la prochaine rentrée scolaire, la Ligue de l’enseignement privé au Maroc et la Fédération marocaine de l’enseignement et de la formation privée ont demandé au Chef de gouvernement de privilégier les cours en présentiel, étant donné que l’enseignement à distance pose de nombreuses contraintes.

Entre enseignement présentiel et enseignement à distance, les professionnels de l’enseignement privé au Maroc préfèrent plutôt la première option pour la prochaine année scolaire. C’est la doléance des deux instances d’enseignement privé formulée lors d’une rencontre, tenue jeudi dernier à Rabat, avec le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, et Saaïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement. La délégation constituée des représentants la Ligue de l’enseignement privé au Maroc et la Fédération marocaine de l’enseignement et de la formation privée ont saisi l’occasion pour exposer les défis et difficultés auxquels a été confronté le secteur durant la période de confinement sanitaire avec la mise en place de l’enseignement à distance. Les représentants de l’enseignement privé ont insisté sur la nécessité d’être informés sur le déroulement de la prochaine rentrée scolaire. Ils ont exprimé leurs préoccupations quant à l’adoption de l’enseignement à distance, expérience qui a engendré de nombreux problèmes à la fois pour les établissements scolaires et pour les familles. À cela s’ajoutent les répercussions économiques sur le plan financier, social et scolaire et son impact sur le projet d’enseignement pré-scolaire et sur les ressources humaines du secteur privé.


Déroulement de la prochaine rentrée : L’Exécutif s’engage
Le Chef de gouvernement et le ministre de l’Éducation nationale ont, quant à eux, insisté sur l’importance qu’accorde le gouvernement à l’éducation et à la formation, tant au niveau du secteur public que privé, et sur la détermination de l’Exécutif à œuvrer, suivant une approche participative, pour promouvoir le niveau de l’enseignement au Maroc. Ils ont également appelé à une amélioration de la qualité de l’enseigement au Maroc et l’organisation des relations entre les intervenants du secteur au service de l’intérêt public tout en assurant la réussite du chantier national d’enseignement et de formation en mettant en œuvre convenablement la loi-cadre, qui a accordé une place particulière à l’enseignement privé dans le système éducatif national, en définissant les droits et obligations de chaque partie. À l’issue de cette réunion, Saad Dine El Otmani a fait part de sa volonté d’étudier les propositions des représentants des établissements d’enseignement privé et d’en discuter avec les départements concernés pour trouver les solutions possibles au service de l’intérêt général et de la qualité de l’enseignement des élèves.

Yassine SABER / Les Inspirations ÉCO

Cet article vous a plu ? Pour nous permettre de continuer à financer la mise à disposition d’articles gratuits, vous pouvez regarder une courte publicité de votre choix en cliquant sur le bouton ci-dessous. Merci de votre soutien !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page