Politique

Relance de l’économie: Les prochaines semaines s’annoncent décisives

Le PLF 2021 entamera, lundi prochain, son processus de discussion et d’adoption au Parlement. Les orientations générales du texte , dont l’adoption est prévue ce vendredi en Conseil de gouvernement, ont été présentées, mercredi dernier. 

En cette conjoncture difficile, marquée par les effets négatifs de la pandémie de la Covid-19 sur le plan socio-économique, le gouvernement est très attendu sur le projet de budget pour 2021 qui devra être adopté ce vendredi au Conseil de gouvernement, après la présentation de ses orientations générales mercredi dernier, devant le souverain, au Conseil des ministres. La mission de l’argentier du royaume, Mohamed Benchaâboun, et des ministres qui gèrent les secteurs sociaux s’annonce difficile. Le marathon de l’examen du texte en plénière et au sein de la Commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants démarrera dès le début de la semaine prochaine.


La séance plénière de présentation du texte devant les parlementaires des deux chambres est prévue lundi prochain. L’Exécutif veille toujours à respecter les délais réglementaires. Conformément aux dispositions de la loi organique relative à la loi de Finances, le projet de budget est soumis à la Chambre basse au plus tard le 20 octobre, accompagnés de plusieurs rapports en vue de faciliter sa lecture aux parlementaires. Le texte qui va fixer la ligne budgétaire du pays en 2021 devra passer 30 jours chez les députés et 22 jours chez les conseillers. Et la deuxième lecture par la Chambre basse ne devra pas prendre plus de 6 jours.

Relancer l’économie
Les prochaines semaines s’annoncent, ainsi, décisives pour ce texte, qui devra permettre la relance économique en vue de répondre aux besoins sociaux des Marocains. En gros, les orientations générales du PLF au titre de l’exercice 2021 vise non seulement à «transcender les difficultés économiques et sociales générées par la crise sanitaire», mais aussi à «construire les fondamentaux d’une économie compétitive et un modèle social plus inclusif». Mais l’enjeu est de pouvoir mettre le turbo sur la relance économique. C’est la priorité principale du projet de loi de Finances 2021 qui prévoit un taux de croissance de 4,8% et un déficit budgétaire de 6,5% du PIB. L’Exécutif s’engage, dans ce sens, à mettre le paquet sur les moyens pour renforcer l’effort financier exceptionnel annoncé dans le discours royal.

LIRE LA SUITE SUR LES ECO PLUS






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page