Maroc

Réforme éducative : L’avant-projet du rapport annuel approuvé

Le rapport annuel, qui a été approuvé par l’assemblée générale du CSEFRS, devra être finalisé par son président, en attendant sa présentation devant le roi et sa discussion par les deux chambres du Parlement.  

Le bilan de la 9e session du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, qui a été publié à l’issue de la clôture des travaux, a plutôt servi à assurer les responsables, en charge de la mise en œuvre de la charte, que le conseil a bien démarré son mandat. Le communiqué final de la 9e session insiste, en effet, sur l’esprit de consensus qui prévaut actuellement entre les divers intervenants dans la mise en œuvre de la vision des 15 prochaines années. Hormis l’étude sur le financement du système éducatif, «qui sera présentée lors d’une prochaine session», selon l’instance présidée par Omar Azziman, plusieurs acquis ont été mis en avant, comme l’achèvement du rapport d’évaluation relatif à l’application de la Charte nationale d’éducation entre les années 2000 et 2013 et la vision stratégique, ainsi que la contribution du conseil dans la loi sur la réforme globale de l’enseignement supérieur.


Les commissions ont avancé dans le travail de réflexion et de proposition et disposent «d’une vision claire de ce qu’il faut faire pour réformer notre système éducatif, afin d’en faire un système qui réponde aux besoins de développement et de modernisation de notre société et aux besoins en connaissances et en savoirs de notre époque», indique le conseil à propos de cette session cruciale.

Le bilan des travaux montre aussi qu’une conférence nationale sera tenue en mai prochain et devra faire le tri des avis collectés, lors des tournées régionales, portant sur les modalités d’application de la vision stratégique. Les conclusions préliminaires des tournées portent sur l’obligation de maintenir tous les élèves et les étudiants le plus longtemps possible dans leurs parcours scolaire et universitaire, alors que la qualité de l’enseignement ne pourra, quant à elle, s’améliorer que via l’établissement d’un programme de soutien éducatif, tout en allouant des crédits conséquents pour inciter les acteurs pédagogiques concernés à s’impliquer. La dimension stratégique de la gouvernance du système éducatif reste aussi présente durant cette étape de la mise en œuvre de la vision. Le rapport final de l’année 2015 devra traduire les principes fixés par la vision, qui font une allusion directe à l’instauration de mécanismes de pilotage, de contrôle et de suivi et «la clarification des attributions, en liant la responsabilité à la reddition des comptes».

Les principaux chantiers
Le plan d’action 2016, la 9e session a retenu essentiellement «sur les projets à caractère prioritaires et qui sont aptes à avoir un impact important sur l’amélioration du rendement de l’école», selon le bilan des travaux. En ligne de mire, durant cette année, la poursuite de l’évaluation des aptitudes des élèves, la généralisation de l’enseignement primaire, la révision des programmes ainsi que le financement de la réforme. Les mesures décidées lors de cette année figurent également la gouvernance et la mise en concordance entre les formations et les métiers. À rappeler que le rapport annuel qui a été approuvé par l’assemblée générale du CSEFRS devra être finalisé par son président, en attendant sa présentation devant le roi et discussion par les deux chambres du parlement.

Les exigences imposées par l’article 160 de la constitution veulent en effet amorcer un débat public sur les orientations préconisées par le conseil, qui dispose aussi d’un droit d’avis sur toutes les législations qui seront élaborées par les deux départements de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur. Pour sa part, le gouvernement est appelé, durant cette période dominée par les préparatifs aux élections législatives, à assurer le suivi de la mise en œuvre du nouveau statut des Académies régionales (AREF), qui conditionne, dans une large mesure, le succès de la décentralisation du pouvoir de décision pour toutes les questions liées à l’éducation et la formation qui entrent dans le champ d’action des académies.






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page