Maroc

Rabat-Salé-Kénitra: le foyer de Lalla Mimouna aurait-il pu être évité ?

Les élus de la commune de Lalla Mimouna demandent des explications aux autorités concernant le retard enregistré dans le lancement des tests de dépistage suite à la détection des deux premiers cas le 6 mai dernier. La propagation du virus a coïncidé avec la cueillette et le traitement de la fraise, activité qui nécessite une main-d’œuvre importante pouvant dépasser les 4.000 salariés par usine.

La découverte d’un foyer de contamination au Covid-19 dans les usines de conditionnement de fraises dans la commune de Lalla Mimouna (région du Gharb) a suscité une forte polémique, mais aussi une vague d’indignation en raison notamment des conditions de travail des ouvriers agricoles. Invité de l’émission «Dayf Khass», Brahim Chouikh, député PJD et président de cette commune explique que les deux premiers cas de ce foyer ont été enregistrés le 6 mai. Un mois plus tard, le 7 juin, la commune a enregistré 18 nouveaux cas, puis une montrée à 150 cas en 10 jours. Actuellement, parmi les 900 cas enregistrés dans les unités industrielles situées dans le cercle Lalla Mimouna, qui comprend 4 communes dont celles de Chouafaa et Lalla Mimouna, cette dernière n’a enregistré que 55 cas, dont 27 ont déjà quitté l’hôpital. Le président de la commune demande des explications aux autorités compétentes sur le retard accusé dans le lancement des tests de dépistage.


«Après l’enregistrement du premier cas, le 6 mai, dans une usine de la commune de Moulay Bousalham, plusieurs salariés ont demandé le lancement d’une campagne de dépistage pour limiter la propagation du virus, ce qui n’a pas été fait. En effet, cette dernière n’a été lancée que le 16 juin, ce qui a favorisé la propagation du virus parmi les salariés». La propagation du virus a coïncidé avec la cueillette et le traitement de la fraise, activité qui nécessite une main-d’œuvre importante. Les tests de dépistage ont concerné environ 20 unités industrielles, dont une seule unité industrielle dans la commune de Lalla Mimouna. Celle-ci emploie plus de 1.300 salariés tout au long de l’année et près de 4.000 salariés durant la saison de la cueillette. Les cas enregistrés sont traités à l’hôpital militaire de Sidi Yahya. Le président de la commune de Lalla Mimounaappelle les autorités à réaliser un audit social annuel des unités de production dans la région et la mobilisation d’une unité mobile d’analyse Covid-19 pour limiter la propagation du virus. «C’est l’occasion d’améliorer les conditions de travail et de transport de ces salariés, surtout ceux qui travaillent dans les exploitations agricoles», précise-t-il. Durant la saison de la cueillette, les exploitations agricoles se transforment en véritables fourmilières. Les ouvrières montent quotidiennement dans les pick-up qui les conduisent dans les exploitations ou les usines de conditionnement de fraise.

Dans les champs de fraises et les unités de conditionnement et de traitement, les activités ont été suspendues par les autorités. Ils emploient des ouvrières issues de plusieurs villes comme Sidi Kacem, Sidi Slimane, Ouazzane, Larache, ainsi que de plusieurs communes de la province de Kénitra. D’après le ministère de l’Intérieur, les premiers cas de ce foyer ont été découverts dans le cadre des tests réalisés dans toutes les unités industrielles et commerciales, ce qui a permis de détecter le foyer et de le maîtriser rapidement. En effet, en plus de la prise en charge rapide des personnes infectées, le ministère a procédé au durcissement des mesures de confinement sanitaires dans les communes relevant des provinces de Kénitra, Ouazzane et Larache, d’où proviennent ces employés. Il a été également procédé à la réalisation de tests de dépistage sur tous les sujets contacts, opération qui nécessite d’ailleurs beaucoup de temps. Il faut noter que le foyer de Lalla Mimouna est considéré comme le plus dangereux découvert au Maroc depuis le début de la pandémie. Il s’agit d’une exploitation agricole située à 30 km de Moulay Bousselham et à 80 km au nord de Kénitra. En 72 heures seulement, ce cluster a enregistré plus de 700 cas de Covid-19.

Mehdi Idrissi
Les Inspirations ÉCO

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer