Éco-Business

Quand l’ANRT redynamise les performances de Maroc Telecom

Selon les analystes de CFG Bank, la décision de l’ANRT de mettre fin à l’illimité -et ainsi à la forte baisse des prix induite par la forte concurrence- aurait des répercussions favorables sur les performances de Maroc Telecom. Les analystes ont d’ailleurs revu à la hausse leurs prévisions et recommandent d’acheter le titre pour un cours cible de 140 DH.


Les analystes de CFG Bank recommandent d’acheter le titre Maroc Telecom pour lequel ils fixent un cours cible de 140 DH, soit un potentiel de hausse de 15% par rapport au cours actuel boursier. En effet, la décision de l’ANRT de mettre fin à la commercialisation et à la pratique de l’illimité aurait des répercussions favorables sur le secteur. Pour les analystes de CFG, les prix du mobile au Maroc devraient connaître une reprise courant 2016 après plusieurs années d’une important baisse continue. «Cette reprise escomptée des prix du mobile dès 2016 change fondamentalement le profil de croissance de Maroc Telecom», soulignent les analystes.

Compte tenu cette reprise attendue, l’ARPM mobile sortant de Maroc Telecom devrait limiter sa baisse à 7,1% en 2016 contre une baisse de 17,7% en 2015 pour s’établir autour de 0,26 centime par minute au lieu de 0,28 centime par minute en 2015, avant de croître de 7,7% en 2017. L’usage sortant devrait pour sa part augmenter de 4,4% en 2016 avant de baisser de 4,2% en 2017. Ces évolutions devraient se traduire par une baisse de 3,1% de l’ARPU sortant en 2016 à 41 DH après un recul de 7,2% en 2015. En 2017, l’ARPU voix sortant devrait s’établir à près de 42,3 DH. La portion de l’ARPU mobile provenant de la data devrait s’élever à 24,5% en 2016 contre 20,7% en 2015 et s’établirait à 15,9 DH, en hausse de 20%, après avoir augmenté de 22,7% en 2015. Le chiffre d’affaires data se hisserait autour de 3,5 MMDH en 2016 contre 2,9 MMDH en 2015. La data devrait continuer à jouer son rôle de locomotive de la croissance au-delà de 2016 avec une progression du chiffre d’affaires data mobile estimée à 13,5% en 2017. Le chiffre d’affaires global issu des services mobiles devrait être de l’ordre de 14,2 MMDH à fin 2016, reflétant une hausse de 0,7% après une baisse de 4,9% en 2015 et de 4,1% en 2014.

Le chiffre d’affaires mobile reprendra à la hausse
Au-delà de 2016, le chiffre d’affaires des services mobile devrait s’inscrire dans une tendance haussière à long terme avec un taux de croissance annuel moyen sur la période 2016-2025 estimé à 1,8%. «Malgré la légère érosion escomptée de la part de marché de Maroc Telecom, le chiffre d’affaires services mobile serait tiré vers le haut par l’amélioration de l’ARPU voix sortant en 2017 (effet de la hausse des prix du mobile sur une année pleine), et plus particulièrement par la croissance soutenue du chiffre d’affaires data mobile (taux de croissance annuel moyen sur la période 2016-2025 de 7,1%)», précisent les analystes. Et d’ajouter que «préalablement à l’adoption par l’ANRT de cette nouvelle ligne directrice régissant sa mission de contrôle des prix pratiqués par les opérateurs télécoms, Maroc Telecom présentait pour nous le profil d’un groupe dont le développement rapide en Afrique subsaharienne ne compensait que partiellement la chute significative du chiffre d’affaires mobile au Maroc dans un contexte de guerre des prix. Avec cette nouvelle donne, le groupe présente désormais des perspectives de croissance largement révisées à la hausse avec un taux de croissance annuel moyen, sur la période 2015-2025, du chiffre d’affaires consolidé de 3,7%».

Les marges également en amélioration
En plus des éléments opérationnels, ce nouveau paradigme induit également un changement profond du scénario d’évolution des marges opérationnelles adopté par les analystes de CFG. «En effet, alors que nous nous attendions précédemment à une poursuite de la baisse des marges opérationnelles de l’opérateur historique, nous tablons désormais sur des baisses de 1,3 point et 0,7 point des marges d’EBITDA et d’EBIT à, respectivement, 47,7% et 29,6% en 2016, puis sur un redressement des marges à compter de 2017 avec une marge d’EBITDA estimée à 48,7% en 2017 et devant progressivement tendre vers un niveau compris entre 49% et 49,5% à terme», précisent les analystes.

Enfin, ils estiment que le résultat net de Maroc Telecom devrait également retrouver le chemin de la croissance avec une progression de 3,5% à 5.793 MDH en 2016 (y compris l’impact positif de la plus-value sur cession d’actifs immobiliers en Afrique subsaharienne d’un montant de 308 MDH) et un taux de croissance annuel moyen sur la période 2016-2025 de 3,2%. Hormis cette révision à la hausse des perspectives de Maroc Telecom, les analystes soulignent que Maroc Telecom est une valeur incontournable dans la constitution d’un portefeuille boursier compte tenu de sa taille et de sa liquidité relativement élevées, sans oublier «son profil attractif en tant que valeur de rendement (dividend yield supérieur à 5%) dans un contexte de forte baisse de la courbe des taux et du coût du capital depuis le début de l’année».

Cet article vous a plu ? Pour nous permettre de continuer à financer la mise à disposition d’articles gratuits, vous pouvez regarder une courte publicité de votre choix en cliquant sur le bouton ci-dessous. Merci de votre soutien !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page