Opinions

Pour un « business model » de l’économie marocaine

EDITO. Trêve d’illusions : l’économie nationale ne saurait se débarrasser des casseroles qu’elle traîne depuis de longues décennies au moyen d’une seule loi de Finances. Les correctifs nécessaires au système fiscal et au mécanisme de gestion du Budget de l’État ne pourront jamais être apportés d’un coup. Dépolitisons donc le débat, la réflexion aussi, et admettons enfin que la conjoncture actuelle restreint considérablement les choix pour un gouvernement au sein duquel le consensus n’a pas toujours été à l’ordre du jour.

Pour atteindre un certain niveau d’équité fiscale, instaurer un niveau honorable de bonne gouvernance, édifier un climat des affaires compétitif… d’autres Nations ont cravaché, lorsque nos politiques se cherchaient encore dans les jeux de force et des alliances. Pour autant, cette conjoncture, qui lie les mains de l’Exécutif, est celle-là même qui l’accule à faire preuve d’une grande ingéniosité pour sauver les meubles. Le topo est le suivant : les recettes de l’État sont en baisse quand la pression sur les caisses publiques s’accentue, les investissements tournent au ralenti, l’endettement monte en flèche, les secteurs de la santé et de l’éducation pataugent, etc.


Pour ajouter à la complexité de la situation où un infime virus tient les cordes, le marché de l’emploi est sous haute tension. Ce n’est donc pas un projet de loi de Finances, à lui seul, qui amortira le choc. Nous avons besoin de bien plus que cela, une sorte de «business model» de l’économie nationale pour lequel nous déconstruirons beaucoup d’aberrations, pour aller de l’avant sur une trajectoire décennale, ou plus, prédéfinie. C’est en cela que le pacte national ordonné par le roi doit être activé au plus vite. Plus encore, une fois celui-ci combiné aux orientations du Nouveau modèle de développement, le Maroc aura réussi un «strike». La prise en main des couches sociales nécessiteuses, la rationalisation des dépenses publiques, l’encouragement de l’investissement, l’équité sociale… sur toutes ces questions clés, les prochains PLF s’inscriront forcément dans un continuum logique.

Meriem Allam / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page