Now Reading
«Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d’une jeune mère à Alep

«Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d’une jeune mère à Alep

 
Camera à la main, Waad al-Kateab tente d’expliquer dans un documentaire fort son quotidien à Alep, au milieu des bombardements.
 
«Pour Sama», le nom de la petite fille de la réalisatrice, est un film «pour expliquer à Sama le choix incroyablement difficile que nous avons dû faire», explique Waad al-Kateab, celui de rester en Syrie pendant la période la plus meurtrière du conflit, dans l’hôpital où exerce son mari Hamza, cible des bombardements.
 
Présenté en séance spéciale, le documentaire, co-réalisé avec Edward Watts, avait fait l’effet d’un électrochoc sur la Croisette, co-lauréat de l’Œil d’or qui récompense depuis 2015 les documentaires, toutes sections confondues.
 
Le documentaire est une sorte de lettre adressée à sa fille reprenant des vidéos extrêmement fortes qu’elle a tournées dans la rue ou à l’hôpital. Waad enregistre tout : les bombardements comme les babillements de son nouveau-né, les arrivées de blessés comme la naissance d’un bébé apparemment mort-né ou deux garçonnets pleurant leur jeune frère décédé.
 
Des vidéos qui lui vaudront plusieurs récompenses, notamment le trophée télévision au festival de Bayeux des correspondants de guerre en 2017.
 
Caméra au poing, elle filme également son retour incroyablement périlleux à Alep en juillet 2016, avec son bébé, après un aller-retour de quelques jours en Turquie, pour voir son beau-père malade. «Nous avons vécu avec les gens (que l’on voit dans le documentaire) pendant cinq ans, nous avons partagé des expériences notamment les bombardements.
 
Sachant utiliser une caméra et ayant des contacts avec des chaînes étrangères, je pouvais faire beaucoup pour mettre un coup de projecteur sur la situation à Alep», souligne-t-elle.
 
Quand le régime a repris Alep en décembre 2016, Waad, Hamza et Sama ont quitté le pays. Ils sont aujourd’hui installés à Londres et Waad travaille pour Channel 4.
 
Le rêve de Waad est aujourd’hui de «retourner un jour» à Alep avec ses deux filles et «de leur montrer le lieu de naissance de Sama et l’hôpital où elle a passé la première année de sa vie».
 
 
 
 
 
Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés