Now Reading
Pour le développement culturel africain…

Pour le développement culturel africain…

Jusqu’au 6 mai au Boultek, centre de musiques  actuelles de Casablanca, l’association Afrikayna pour l’échange interculturel, le développement et la coopération en Afrique, marque son 5e anniversaire en proposant, le long d’une semaine, une série d’activités en lien avec son programme d’action.

Appelé «La Semaine 5:2» en référence aux 5 ans de l’organisation et aux 2 premières années opérationnelles de Africa Art Lines, fonds marocain pour la mobilité artistique en Afrique, activité clé de Afrikayna, le programme se veut un résumé des travaux et premières bases installées par l’association. En effet depuis sa création, l’association Afrikayna œuvre au développement et au renforcement des axes d’échanges interculturels et artistiques entre le Maroc et les pays du continent, dans un contexte marocain et continental où le secteur culturel et artistique souffre, entre autres, du manque de mécanismes de développement, d’accompagnement et de financement adapté. La semaine 5:2, qui se tient du 2  au 6 au Boultek, centre de musiques actuelles de Casablanca, propose un tour d’horizon de l’ensemble des activités de l’association en présence d’artistes, de professionnels et de partenaires du Maroc, du Sénégal, du Mali, de Côte d’Ivoire, du Cameroun et d’Afrique du Sud. L’exposition «L’instrumenthèque d’Afrique» met en avant une trentaine d’instruments du continent et réunit des professionnels lors d’une table ronde autour de «la valorisation des instruments de musique traditionnels d’Afrique». Samedi, la 4e édition de la master class «Casablanca Drum’N’Bass» donnera lieu à des ateliers de formation et d’échange dédiés aux musiciens, ingénieurs du son et producteurs, invitant «Mad Professor», une légende vivante de la production musicale. Le tout rythmé de showcases et de concerts de jeunes musiciens. Les projets proposés par Afrikayna ayant reçu un écho positif et un soutien de la part d’artistes, d’opérateurs, et d’organisations privées et publiques du Maroc et d’autres pays du continent, ont depuis, pu être concrétisés grâce à des efforts collectifs, tous convergeant vers la même volonté de construction : mettre en place et renforcer des actions pour la création, la production et la diffusion en Afrique, et autour d’un programme transversal et levier prioritaire qui répond au besoin de circulation des artistes, de leurs œuvres, et de celles des professionnels des arts sur le continent.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés