Now Reading
Plan Maroc vert: Qu’est ce qui a changé à Fès-Meknès?

Plan Maroc vert: Qu’est ce qui a changé à Fès-Meknès?

Le Plan Maroc vert (PMV) a induit une profonde transformation de l’agriculture dans la région Fès-Meknès, marquée par une forte hausse des productions. En effet, le plan a permis de développer le PIB agricole de la région, qui est passé de 10,2 MMDH à 18,6MMDH. Grâce à ce résultat, la région occupe actuellement la deuxième place en termes de participation au PIB agricole national avec 15%. Pour ce qui est de l’investissement, le PMV a réussi à mobiliser près de 20 MMDH d’investissement dans la région, dont 11,7 MMDH d’investissement public et 7,7 MMDH mobilisés par le secteur privé. Notons que la région bénéficie de 18% de l‘investissement public dans le secteur de l’agriculture. En matière de financement du Fonds de développement agricole (FDA), la région Fès-Meknès occupe la première place avec la mobilisation d’un total de 3,6 MMDH d’investissement. En 2019, les moyens mobilisés par le FDA ont dépassé 480 MDH, alors que la moyenne annuelle est de 320 MDH.

Piliers 1 et 2 du PMV
Le PMV a dédié une enveloppe de 3,88 MMDH au pilier 2, dont seulement 3,2 MMDH investis. Si l’on en croit les responsables de DRA de la région Fès-Meknès, le taux de réalisation des projets dans la région a atteint 98% (178 sur 181 projets programmés). Pour ce qui est des terres cultivées, la région a atteint 77% de son objectif seulement. En effet, durant les dix dernières années, la région a cultivé près de 154.000 h au lieu de 199.800 h, objectif tracé. Le nombre de bénéficiaires du pilier 2 dans la région est de 105.196, soit 76% de l’objectif tracé (139.000). Pour le pilier 1, le montant investi a atteint 7,124MDH avec un taux de réalisation de 99%. Le nombre de projets réalisés est de 215 sur les 254 programmés (85% de l’objectif).

L’impact sur les chaînes de production dans la région
Entre 2008 et 2019, la superficie de l’olivier dans la région est passé de 251.000 à 353.000 hectares, et la production de 298.000 T à 620.000 T. La valeur ajoutée de la filière est, elle, passée de 708 MDH à plus de 1,5 MMDH avec une création d’emplois ayant évolué de 9M jours de travail par an (j/t/an) à 17M j/t/an. Depuis plusieurs années, la région se distingue dans l’oléiculture. Elle dispose de 36% de la superficie nationale dédiée à celle-ci. Au total, la région dispose de plus de 350.000 hectares plantés sur le million dont dispose le Maroc.

Auparavant, la région produisait entre une tonne et une tonne et demie à l’hectare; aujourd’hui, la moyenne est de trois tonnes à l’hectare. Pour les rosacées, la superficie cultivée dans la région a augmenté, passant de 32.000 à 63.000 hectares, tandis que la production a évolué de 24.000 à 52.000 T. La capacité de valorisation de la filière est passée de 91.000T/an à 170.000T/an. Quant à sa valeur ajoutée, elle est passée de 1,1 MMDH à 1,6 MMDH, avec une création d’emplois passée de 3M j/t/an à 7M j/t/an. La superficie cultivée de la filière de l’amandier grimpe de 26.000 à 34.000 hectares durant cette même période. Sa production est aujourd’hui de 53.000 T contre 11.000 T auparavant. La filière permet actuellement de créer une valeur ajoutée de 201 MDH par an contre 75 MDH en 2008.

Lire aussi

Par ailleurs, le nombre de tracteurs dans la région a connu une hausse (3.400 en 2008 à plus de 10.700 en 2019). L’utilisation des pesticides par les agriculteurs a également augmenté (74 T en 2018 contre 125 T en 2019). Quant au recours aux engrais dans la région, son évolution indique 12.000 T en 2008 pour 29.000 T en 2019, puis 32.000 T en 2020. L’utilisation des graines de céréales est passée de 18.000T à 20.000 T. La région Fès-Meknès recense actuellement plus de 700.000 hectares emblavés pour les trois types de céréales (maïs, blé et orge), avec une moyenne de production qui dépasse les 30 à 40 quintaux à l’hectare dans la plaine du Saïss et qui oscille entre 15 et 20 quintaux dans les zones montagnardes. La région est également la première au niveau national (80%) en matière d’arboricole fruitière, surtout pour ce qui est du pommier et du prunier. Elle fournit 50% de la production maraîchère nationale. Notons qu’en matière de bétail, la capacité de production de la région dépasse 426.000 bovins, 1,2 million d’ovins et 500.000 caprins. Le nombre d’exploitations agricoles dépasse les 206.000. 

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés