Éco-Business

Panneaux solaires: des chercheurs marocains innovent

En lançant les panneaux solaires PV bifaces à refroidissement, concept qui a fait l’objet d’une demande de brevet auprès de l’OMPIC, ces chercheurs veulent surmonter deux difficultés que rencontre cette technologie: la réduction de la bande interdite et la perte d’efficacité de conversion d’énergie.

Il y aura bientôt du nouveau dans la production d’énergie à partir de panneaux solaires photovoltaïques ( PV) au Maroc ! Trois chercheurs de l’École nationale des sciences appliquées (ENSA) de l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah (SMBA) de Fès proposent, en effet, de s’attaquer aux failles de la technologie des panneaux solaires PV bifaces. Pour commencer, le panneau PV bifacial que proposent Badre El Majid, Saad Motahhir et Abdelaziz El Ghzizal, à travers le brevet US3278811A déposé auprès de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), permet déjà, d’une part, de réduire davantage le coût de production de l’énergie solaire. Une baisse supplémentaire qui pourrait potentiellement réduire le coût de l’électricité produite, car le type de cellule solaire utilisée dans les panneaux PV bifaciaux peut convertir la lumière solaire incidente en énergie électrique des deux côtés de la cellule. Le trio de chercheurs a également réussi, d’autre part, une autre prouesse. C’est notamment celle qui a consisté à proposer des panneaux solaires PV bifaciaux en silicium cristallin avec un réflecteur. Une technologie, également brevetée à l’OMPIC sous le numéro US9379269B2, qui permet d’absorber plus de lumière par l’arrière des panneaux.


Une nouvelle technologie très prometteuse…
Maintenant, reste à améliorer leur concept, qui a fait l’objet d’une demande de brevet auprès de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) sous le numéro MA42181B, en surmontant deux autres difficultés majeures que rencontre encore la technologie des panneaux PV bifaciaux au niveau mondial, à savoir : la réduction de la bande interdite et la perte d’efficacité de conversion d’énergie. En effet, une augmentation de la température induite par les rayons solaires entraîne une réduction de la bande interdite. Ce qui entraîne à son tour une diminution de l’efficacité de conversion d’énergie. Pour faire face à ces failles, les trois chercheurs Marocains proposent d’appliquer un refroidissement artificiel aux modules PV pour améliorer la puissance de sortie et rendre les performances optimales. Badre El Majid, Saad Motahhir et Abdelaziz El Ghzizal sont persuadés qu’ils tiennent la bonne technologie. Car, à leur connaissance, aucune référence n’a été trouvée dans la littérature qui présente un panneau PV qui combine les deux solutions, refroidissement et biface avec réflecteur.

…qui réduira le coût de l’électricité
Leur travail présente, en effet, une conception améliorée du panneau solaire biface intégré qui convertit efficacement le rayonnement solaire en énergie électrique avec un système de refroidissement. Leur but est de fournir un panneau solaire capable de convertir le rayonnement solaire en énergie électrique en diminuant la température du photovoltaïque, en convertissant la lumière solaire incidente en énergie électrique des deux côtés de la cellule à l’aide de miroirs et en réduisant le coût lié à la superficie pour un système d’énergie photovoltaïque. Plus concrètement, leur panneau solaire biface doublera les surfaces exposées au rayonnement solaire afin de produire plus d’énergie électrique. Ils utiliseront un matériau qui passe à travers les tubes pour refroidir le dispositif photovoltaïque. Celui-ci sera notamment transparent pour laisser passer le rayon solaire vers les miroirs réfléchissants qui le refléteront à l’arrière du panneau. Leur système utilisera aussi des cellules PV bifaciales paraboliques connectées les unes aux autres à l’aide de tubes. Des cellules photovoltaïques paraboliques qui permettront de réduire le coût lié à la surface du système d’alimentation photovoltaïque. Reste à traduire tout cela dans les faits, notamment en dépassant la phase de prototypage. En effet, la tâche la plus difficile consiste à construire le premier prototype du système proposé. Ce qui demande de relever plusieurs défis. Des défis parmi lesquels il y a par exemple celui-ci : quel est le matériau approprié à utiliser pour les tubes transparents ?

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer