Opinions

Non, ce n’est pas une utopie

La ligne de gazoduc Nigeria-Maroc est bel et bien une réalité, n’en déplaise à ceux qui prenaient ce projet pour une utopie. Hier, Amina Benkhadra, patronne de l’ONHYM, était à Abuja pour discuter avec ses homologues nigérians de l’état d’avancement des études. Cela témoigne du fait que le projet est pris au sérieux par les deux parties et que, comme cela a été réitéré lors de la dernière entrevue entre le roi Mohammed VI et le président Buhari, ce gazoduc verra le jour. C’est un engagement de deux leaders africains, de deux pays forts du continent et c’est une ambition de toute l’Afrique de l’Ouest.

En effet, il ne s’agit pas d’un projet bilatéral -quoique créé et mené par Rabat et Abuja: pas moins de onze pays verront le gazoduc traverser leur territoire. C’est cela, l’esprit gagnant-gagnant sur lequel le Maroc bâtit sa politique africaine depuis une quinzaine d’années. Œuvrons ensemble pour le bien de nos peuples; même si la politique nous sépare parfois, l’économie pourra toujours nous rassembler, comme le répétait inlassablement le souverain. Certes, ce projet est très lourd financièrement et techniquement, mais à long terme, peut-être dans une vingtaine d’années, il devrait être une indéniable source de business pour tous les pays concernés.


Le Nigeria, en tant que producteur, verra son gaz à la portée de l’Europe avec un moindre coût, ce qui lui permettra de gagner plusieurs marchés. Les pays qui seront traversés par le pipeline profiteront financièrement et se verront alimentés en gaz naturel à des conditions préférentielles. C’est ce type de projets qui contribuera à renforcer l’intégration économique en Afrique et à améliorer les échanges intra-continentaux. C’est le cas à l’Est de l’Afrique, où le Maroc, encore une fois, assurera la sécurité alimentaire à une dizaine de pays par le lancement, en joint-venture avec l’Éthiopie, d’une méga-usine de production d’engrais. Adis-Abeba deviendra alors un pays exportateur et fera profiter de son écosystème tous ses voisins. C’est cela, le beau profil du Maroc. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer