Éco-Business

Nissan Ariya : comme un Qashqai mais 100% électrique

En présence de son nouveau président, Makoto Uchida, Nissan a dévoilé hier la version définitive du SUV Ariya. Un crossover coupé qui recèle en lui les traits stylistiques du futur Qashqai et les dernières technologies de connectivité, tout en annonçant l’éclosion d’une gamme 100% électrique.

Lorsqu’on a été pionnier et leader dans deux catégories, il devient alors ridicule de ne pas capitaliser sur ses succès. C’est précisément ce que tente de faire Nissan qui après avoir dominé le segment des SUV avec le Qashqai, puis celui de la voiture 100% électrique grand public avec la Leaf, apporte une nouvelle réponse combinant ces deux spécialités : l’Ariya. C’est le nom d’un concept qui avait été présenté au Salon de Tokyo en 2019 et qui semble arrivé à maturité pour une commercialisation en série. La révélation en avant-première mondiale de ce modèle s’est déroulée hier et fut retransmise en live-streaming depuis Nissan Pavilion, un gigantesque pavillon érigé à quelques encablures du siège du constructeur à Yokohama. Une présentation à laquelle ont pris part le nouveau CEO de Nissan, Makoto Uchida, ainsi que le patron du design maison, Alfonso Albaisa. Ce dernier a largement commenté ce nouveau modèle aux allures de SUV coupé. C’est en effet le profil qui surprend d’emblée, avec d’abord une ceinture de caisse haute, puis surtout une ligne de toit à la fois arquée et plongeante vers l’arrière. Un effet visuel qu’accentue la teinte noire et secondaire du toit, ainsi que le becquet surplombant le hayon. On note aussi une face avant un brin futuriste, marquée par un style en V, une signature lumineuse fine et une gigantesque calandre au milieu de laquelle figure un logo éclairé par 20 diodes. À le contempler plus longtemps, le faciès de ce modèle dénote d’une filiation avec la gamme actuelle de Nissan et plus particulièrement le Juke. Par extension, on pourrait alors croire qu’il recèle en lui les traits du futur Qashqai. À voir…


En attendant, ce nouveau véhicule subjugue aussi par sa présentation intérieure et notamment la planche de bord qui s’avère aussi épurée que le design extérieur. Les premiers clichés dévoilés montrent l’habitacle de la version nippone (conduite à droite) où l’on remarque un volant à deux branches, deux écrans numériques juxtaposés et un module de climatisation à commandes haptiques. À n’en pas douter, les technologies de confort, de sécurité et de connectivité sont à l’honneur avec, outre un affichage tête-haute et un levier de vitesse de type «by-wire», un accoudoir central (avant) réglable électriquement, ainsi qu’un assistant vocal à intelligence artificielle qui s’active après les mots magiques «Hello Nissan» ou «Hey Nissan». On pourrait aussi parler de la clé électronique «i-Key» et de la version améliorée du système de conduite autonome ProPilot qui gère la direction, la vitesse et les distances de sécurité sur voies rapides, y compris dans les bouchons et jusqu’à l’arrêt. Techniquement, l’Ariya repose sur une toute nouvelle plateforme modulaire (CMF-EV) spécialement destinée aux futurs véhicules électriques de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Grâce à celle-ci, les batteries sont logées sous le plancher, permettant à celui-ci de rester droit au même titre que celui du coffre dont le volume est annoncé entre 415 et 466 litres. Premier véhicule de la marque à être 100% électrique et à 4 roues motrices, l’Ariya existera aussi en deux roues motrices. En fait, cinq versions seront proposées aux acheteurs avec à chaque fois une puissance de batterie différente : 65 kWh en entrée de gamme et 90 kWh en haut du tableau. Les niveaux de puissance oscillent entre de 218 et 242 ch pour l’Ariya deux roues motrices et 279, 306, voire 394 ch pour la version à quatre roues motrices baptisée «e-4orce» et dotée d’un moteur électrique par essieu capable d’offrir un couple immédiat aux quatre roues. Cette différence de motricité aura une influence sur l’autonomie qui est annoncée jusqu’à 500 km, mais un peu moins (460 km) en transmission intégrale. Commercialisé sur les marchés mondiaux (Europe incluse) vers le printemps 2021, l’Ariya viendra croiser le fer avec d’autres SUV électriques comme le SUV Mach-e de Ford et l’ID.4 de Volkswagen. Avec la Leaf et d’autres modèles à venir, il vise à installer durablement Nissan dans l’ère électrique, comme l’a déclaré le PDG de la marque. «L’Ariya ouvre un nouveau chapitre dans notre histoire, initiant la transformation de notre métier, de nos produits et de notre culture», dixit Makoto Uchida.

Jalil Bennani
Les Inspirations ÉCO

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer