Culture

Musique: recommandations pour un confinement jazzy

En confinement, la musique est une porte vers des contrés lointaines. Des voyages où il est bon d’improviser et de se laisser porter par la magie du moment. C’est ce que le jazz propose : liberté et improvisation. La nouvelle scène se permet tout, et de plus en plus les racines rattrapent et l’on assiste à des albums métissés et des projets fusionnés.  Un Zoom du côté de l’Iran, de la Nouvelle Orléans ou encore du Maroc pour une playlist découverte.

“Golnar & Mahan”
Jazz perse


Un trio envoûtant porté par la générosité de Golnar Shahyar tantôt à la voix, à la guitare et au piano, par la guitare et le oud de Mahan Mirarab et les percussions d’Amir Wahba. Le groupe est né de la rencontre entre Golnar et Mahra à Vienne en 2011. Leur passion commune : la musique et ses possibilités de mélanges mais surtout l’amour pour la mère patrie, l’Iran. Mix de sonorités, les chansons du groupe sont essentiellement en Farsi ou en anglais. Ils ont su trouver un terrain d’entente entre le Jazz et les musiques traditionnelles perses. À découvrir, l’album «Derakht» («arbre» en perse) sorti en novembre 2017 où ils se sont permis de nombreuses collaborations musicales très intéressantes, telles que Erkan Ogur (maître guitariste turc) et Alain Pérez (bassiste de Paco de Lucia). Après avoir sillonné le monde où ils ont séduit à chaque fois, ils ont été trois fois nominés aux Austrian World Music Awards.

“Christian Scott”
Jazz Hip Hop

Sous ses airs de star du Hip Hop et de la Soul, Christian Scott est le jazzman accompli qui puise dans la ferveur des anciens de la Nouvelle-Orléans d’où il est natif et qui a réussi à ramener cette musique à lui, à sa génération, depuis ses études à Berklee. Un don qu’il met au service du jazz, souvent qualifié de free jazz avec des sons soul, hip hop et même rock parfois. «La Nouvelle Orléans m’a tout apporté ! J’ai vécu là où toutes les cultures sont mélangées dans un même son, dans un endroit où plusieurs générations communiquent et partagent. Il n’y a aucun mur entre les cultures, les individus ! Ce qui a permis de créer et de développer de la créativité je pense…Tout le monde partage à la Nouvelle-Orléans !». Accompagné par des musiciens de talents, une contrebasse, un saxophone, une batterie et un clavier, le virtuose a su créer son propre son reconnaissable parmi plusieurs, un son à qui il a su donner vie en rencontrant les bonnes personnes, la bonne équipe.

“Mahmoud Chouki”
Jazz marocain voyageur

Né de ses envies, de sa vie et de ses voyages aux États-Unis au Qatar en passant par l’Europe, il s’inspire de musiciens comme Paco de Lucia, George Benson, Pat Metheny ou Al Di Meola avec qui il a joué à Rabat ! Auteur-compositeur, guitariste de talent de 32 ans, Mahmoud Chouki baigne, depuis son plus jeune âge, dans le monde de la musique. Une dextérité incroyable, une intuition musicale presque innée, tout en se permettant de jouer à l’envers ou en se permettant quelques acrobaties, tellement il maîtrise son instrument qui l’accompagne depuis son plus jeune âge. «J’ai commencé la guitare à l’âge de 8 ans, au Conservatoire de Larache. J’ai voulu faire de la batterie, ensuite du violon et c’est la professeur qui m’a poussé à opter pour la guitare. À chaque fois que je passais devant la classe, les élèves avaient l’air de s’amuser, de rigoler. C’est grâce à ce professeur qui nous donnait des cours ludiques et drôles que je suis tombé amoureux de la guitare», explique le musicien, qui depuis, maîtrise également «loutar» ou encore la mandoline. Il commence par une formation classique pour ensuite opter pour le flamenco, les musiques du Maroc, évoluer vers les musiques du monde pour faire la rencontre du jazz. Son album est un voyage d’ailleurs à travers la musique où les mélodies et les sonorités embarquent tout un chacun dans les souvenirs, la nostalgie des beaux moments, le rêve. Ses compositions sont une fusion de musiques du monde, subtil alliage de musique traditionnelle, ethnique, teintée d’Occident et de modernité, avec un penchant pour le flamenco, le jazz et les sonorités orientales.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer