A lire aussi

09-12-2019 09:45

Benmoussa challenge

Image par défaut
Le processus de déploiement d’un Nouveau modèle de développement (NMD) est enfin posé sur les…
Rejoignez nous sur :
Monde

 

A Hongkong, la tension est montée d'un cran ces derniers jours. L'ambassadeur chinois à Londres, Liu Xaoming, a prévenu ce lundi que Pékin ne «resterait pas sans rien faire» si la situation devient «incontrôlable» à Hongkong.

«Je pense que le gouvernement de Hongkong déploie tous ses efforts pour garder la situation sous contrôle mais si la situation devient incontrôlable, le gouvernement central ne restera certainement pas sans rien faire», a déclaré le diplomate, estimant que la Chine avait «assez de détermination et de pouvoir pour mettre fin au soulèvement».

Lundi, des centaines de manifestants retranchés dans un campus étaient cernés par la police. Et samedi, des soldats chinois de la garnison locale de l'Armée populaire de libération (APL) sont sortis dans les rues pour ôter des barricades, une apparition rarissime et fortement symbolique. «Ils sont là pour montrer la souveraineté chinoise et dans un objectif de défense», a déclaré l'ambassadeur chinois lors d'une conférence de presse à Londres.

Le diplomate a aussi mis en garde contre toute «ingérence» étrangère sur Hong Kong, en désignant le Royaume-Uni et les Etats-Unis. «Nous voudrions dire à ces forces extérieures que le gouvernement chinois reste déterminé (...) à s'opposer à toute ingérence extérieure dans les affaires de Hong Kong», a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent alors que le Royaume-Uni, par la voix d'un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, s'est dit lundi «extrêmement préoccupé par l'escalade des violences du côté des manifestants comme des autorités aux abords des campus universitaires de Hongkong». «Il est vital que les blessés puissent recevoir le traitement médical approprié et qu'un passage sécurisé soit mis en place pour ceux qui souhaitent quitter la zone», a déclaré dans un communiqué ce porte-parole, alors que des centaines de manifestants hongkongais retranchés dans un campus étaient lundi cernés de toutes parts par la police.

De son côté, la Commission européenne a jugé «inacceptables» les violences à Hongkong. L'instance européenne a exhorté les autorités de l'ex-colonie britannique à agir de façon «strictement proportionnée». Jeudi soir, la ministre de la Justice de Hongkong Teresa Cheng avait été prise à partie par des manifestants soutenant le mouvement pro-démocratie hong-kongais, déclenchant la colère de Pékin.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages