Culture

Mehdi Qotbi : « Le déconfinement culturel sera résolument marocain »

Mehdi Qotbi.
Président de la Fondation Nationale des Musées (FNM)

Après plusieurs mois de confinement durant lesquels les musées du monde, notamment du Maroc, ont été fermés au public, l’heure est à leur réouverture. Ce 25 juin, un retour à la «normale» se précise au niveau de la Fondation nationale des musées. Le point sur la situation de crise avec son président Mehdi Qotbi.


Comment les musées se préparent-ils au déconfinement ?
Les équipes de la Fondation nationale des musées ont préparé, durant ce confinement, un retour à la normale et ont œuvré à l’organisation d’une programmation culturelle pour la reprise. De nouvelles expositions inédites seront prévues pour cet été, une fois l’aval du gouvernement obtenu pour la réouverture des musées. La Fondation nationale des musées poursuit son ancrage dans les régions en ouvrant à la rentrée prochaine deux musées après restauration: le Musée de la musique à Meknès et le Musée du patrimoine à Tétouan. Prochainement sera inauguré un nouveau musée dans la ville de Tanger. Cette institution muséale sera dédiée à la création artistique moderne marocaine avec un intérêt particulier porté au rôle de la région Nord dans le façonnement de l’identité artistique marocaine. Le déconfinement culturel sera résolument marocain et retracera une grande partie de la création artistique au Maroc.

Quelle programmation est prévue, comment a-t-elle été pensée ?
La FNM souhaite marquer un grand retour sur la scène culturelle après un peu plus de trois mois de confinement et offrir aux Marocains une exposition historique qui retracera deux courants ayant marqué la scène artistique marocaine. Nous allons présenter des œuvres qui proviennent essentiellement des collections du ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports et de l’Académie du Royaume du Maroc. Cette exposition sera à la fois riche et dense. Elle retracera les parcours des artistes qui ont marqué ces courants au Maroc, de Mohamed Ben Ali R’bati à Fatima Hassan, en passant par Mohamed Chabaa et Fouad Bellamine entre autres. Ce rendez-vous sera accompagné, en parallèle, d’une exposition en hommage à Jilali Gharbaoui au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain.

Comment avez-vous fait face au confinement ?
À la FNM, notre levier est la culture. Elle motive toutes nos actions au quotidien. En ces moments exceptionnels, nous avons misé sur le numérique en lançant des initiatives complètement digitales sur nos réseaux sociaux, avec entre autres #lemuséeàlamaison par lequel nous partageons des expositions virtuelles et des visites guidées de nos grands rendez-vous artistiques. Un musée virtuel a été créé à cet effet (www.fnm.visite360.ma) pour rendre l’art accessible à tous les Marocains et favoriser l’échange et le dialogue avec eux sur nos réseaux sociaux. Nous avons aussi partagé sur nos réseaux sociaux, tout au long de cette période, des objets de notre patrimoine culturel. Avec l’aide du Centre cinématographique marocain et de cinéastes marocains, nous avons lancé #lecinémaàlamaison et nous avons proposé de revoir des films d’hier et d’aujourd’hui pour célébrer également le cinéma national. Toutes ces actions permettent de s’évader, de faire vivre la culture, la douceur et le partage dans des moments d’angoisse et d’incertitude.

Quelles sont les conséquences de cet arrêt d’activité ?
L’arrêt de l’activité durant ces mois de confinement a eu plusieurs impacts dont le plus significatif est la fermeture des musées au public. Néanmoins, cela nous a permis de réaliser l’importance de s’orienter vers un nouveau modèle culturel innovant qui accorde une place importante au digital, de façon à rendre la culture encore plus proche et plus accessible au grand public, peu importe où il se trouve.

Comment la fondation va-t-elle venir en aide au secteur et aux artistes ?
Le Maroc, comme le reste du monde, a subi la crise sanitaire découlant du Covid-19. Les conséquences considérables de cette pandémie ont laissé de nombreuses personnes dans une situation d’incertitude et d’angoisse. Parallèlement aux lourdes répercussions économiques et sociales, le secteur culturel a subi des pertes conséquentes qui nécessitent un engagement transversal, sociétal et institutionnel pour pouvoir y remédier. La FNM s’est engagée à accompagner directement les artistes en lançant un appel à concurrence pour l’acquisition d’œuvres d’art d’artistes marocains résidant au Maroc. La Fondation nationale des musées a alloué un budget de 6 MDH avec l’appui du ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports qui a octroyé en plus, un budget de 2 MDH pour soutenir ce projet. Les œuvres acquises enrichiront le fonds artistique de la FNM. Le but de celle-ci est de renforcer son soutien à la création artistique marocaine à travers des expositions temporaires dans les musées sous sa tutelle pour donner plus de visibilité aux grandes figures de la modernité artistique marocaine. À ces mesures, il faut ajouter la nécessité d’un débat transversal entre les différents acteurs et intervenants du secteur afin de mettre la culture au centre des orientations politiques du Maroc après la crise du Covid-19. La collaboration interinstitutionnelle nous semble primordiale pour construire un modèle d’action culturelle en phase avec le développement de notre pays. 

Jihane Bougrine
Les Inspirations ÉCO

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer