Maroc

Mehdi Ezzouate, porte parole des Wlad Derb de Casablanca

Mehdi Ezzouate est partisan d’une jeunesse marocaine engagée qui lutte pour la citoyenneté et le civisme. Selon lui, «le temps des doléances avec les bras croisés est révolu, c’est le moment pour que chacun de nous rajoute sa petite pierre à l’édifice afin de construire cette ville de nos rêves…cette nation de nos rêves».


 « Être  Marocain, ce n’est pas un titre, c’est un devoir »

À Casablanca, Mehdi est partout. Son combat pour éveiller les consciences démarre en 2007, alors que le réseau social Facebook est à peine développé. Il figure parmi les premiers à utiliser le digital pour mobiliser les Marocains. Il lance alors son premier groupe Facebook « Kanmout 3la Bladi L’Maghrib » l’objectif était de proposer des débats sur la citoyenneté et le civisme chez les marocains. Par la suite, le juriste de formation crée avec ses amis « l’Association des jeunes citoyens», cadre juridique du Mouvement « Wlad Derb ». Après quatre ans d’absence, il revient en 2015 sur le devant de la scène publique avec une nouvelle stratégie et l’objectif de déclencher un changement effectif dans les quartiers.

« Tout en croyant profondément que tout type de changement ne peut avoir lieu que s’il commence de notre propre quartier « Derb » je suis revenu à mon quartier «Attacharouk » à Sidi Moumen, c’est là où nous avons créé un club relevant de l’association des jeunes citoyens baptisé « Wlad Derb » avec d’autres jeunes du quartier, et nous avons lancé des débats de réflexion sur les problèmes de notre quartier et comment nous pourrons les résoudre. »

Wlad Derb, c’est les « jeunes du quartier ». Mehdi retrace la connotation authentique liée aux quartiers traditionnels de Casablanca notamment Derb Sultan, l’ancienne Medina, Hay Mohammadi ou encore Derb Ghallef, fièrement, il rappelle que ces quartiers sont les levains de la culture de l’entraide sociale, de la solidarité, de l’éthique et du respect entre les générations. C’est de là que des réunions et des débats ont été lancés suscitant l’intérêt de beaucoup de Casaouis, « l’idée a intéressé d’autres personnes de Casablanca, donc nous avons décidé de lancer le mouvement au niveau de toute la ville blanche avec la même idée: Commencer le changement de la porte de votre maison. »

« Commencer le changement de la porte de votre maison « 

Au départ, Wlad Derb avait pour ambition d’accompagner et encadrer les jeunes à créer leurs associations et à travailler sur des thématiques en lien avec l’amélioration des conditions de vie dans les quartiers isolés. En 2017, une série de rencontres sont organisées sous le thème de « Char7ou Lina », des Responsables de Sociétés de Développement Locales connues sont venus à la rencontre des Wald Derb pour leur donner une idée des actions entamées et celles à venir au niveau de Casablanca. En parallèle, l’action « Ramadan Week » a été lancée, l’objectif était d’exploiter le temps libre des jeunes pendant le mois de Ramadan en échange d’une action bénéfique telle qu’une formation en entrepreneuriat solidaire en présence du DG de l’ANAPEC et de la fondation Mohammed VI pour l’entrepreneuriat solidaire, il y a également eu la «PLF Week »un événement organisé en collaboration avec le Laboratoire de la recherche prospective en finance et en gestion à l’ENCG Casablanca destiné à expliquer aux jeunes les principaux axes du projet de loi de finance. Principalement les chantiers d’actions sont l’encadrement, la sensibilisation, l’explication, et la réflexion sur la décentralisation des pouvoirs en matière politique, économique et culturelle. Le but est de donner aux habitants de Casablanca un support solide pour exprimer leurs besoins eux-mêmes, loin du modèle de gouvernance traditionnel, les citoyens deviennent acteurs de leur propre changement. Un « Livre blanc pour Casablanca» a même été mis en place, il s’agit en effet d’un mémorandum qui regroupe des solutions aux problématiques de 5 secteurs sensibles de Casablanca: la propreté, les transports, l’accessibilité pour les handicapés, l’animation culturelle et la communication du conseil de la ville.

Aujourd’hui, Wlad Delb attire de plus en plus d’adhérents et de partenaires. Séduits par les plans d’action mis en place, 12 villes espèrent être touchées par la vague Wlad Derb, certaines ont d’ores et déjà constitué leur équipe de travail. « Pour le moment, la priorité de Wlad Derb est Casablanca qui est notre ville, pour les autres villes nous pensons à une manière de collaboration loin du modèle classique qui se base sur les accréditations et le souci de quantité des bureaux locaux et régionaux qui ne servent à rien. Au Mouvement Wlad Derb l’engagement qualitatif prime sur le quantitatif. La preuve en est que les mois à venir seront riches en événements et laissent paraitre l’implication sans failles des membres de l’équipe et des partenaires de Wlad Derb. Deux nouvelles séries de rencontres seront lancées prochainement: « Casablanca Talks » pour des débats économiques et la deuxième « Derbna Culture » une série de rencontres culturelles. En plus des actions périodiques, le mouvement Wlad Derb va entamer des actions de plaidoyer selon les recommandations citées dans le « Livre blanc pour Casablanca »

« Il n’y a pas 36 milles solutions devant nous pour le moment ».

Bien que les actions mises en place rencontrent un grand succès auprès des citoyens marocains Mehdi et ses collaborateurs ne crient pas victoire, il insiste sur le caractère urgent du travail de prise de conscience chez les jeunes qui selon lui doivent être nécessairement encadrés pour assurer la transmission des valeurs citoyennes et humaines. « Nous avons un grand problème aujourd’hui qui représente l’obstacle N° 1 devant toute Initiative de changement c’est la crise de valeur par laquelle passe notre génération en particulier et notre société en général. »

Pour relever ce défi, les membres de l’Association Wlad Derb peuvent compter sur leurs partenaires privilégiés ; les médias, l’ENCG de Casablanca et son Laboratoire de la Recherche prospective en finance, le théâtre nomade aux anciens abattoirs de Casablanca, le complexe culturel Noujoum Sidi Moumen, le complexe culturel Ghali, et la Collaboration honorable avec l’arrondissement Maarif. Pour les personnes intéressées l’Association Wald Dreb est domiciliée à la maison des jeunes « Al Walaa » à Attacharouk dans l’arrondissement de Sidi Moumen et les membres sont joignables sur les réseaux sociaux.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *