Now Reading
Médecins du public et privé : La hache de guerre déterrée

Médecins du public et privé : La hache de guerre déterrée

Le Syndicat national des médecins du secteur libéral (SNMSL) se réorganise et prépare sa riposte face à l’exercice de la médecine dans le secteur privé par les médecins fonctionnaires.

Les médecins du secteur privé sont en ordre de bataille! Après l’élection du nouveau bureau national début juin, le SNMSL a tenu une rencontre avec le comité exécutif du Syndicat national des cliniques privées au Maroc (SNCPM). À l’issue de cette réunion conjointe, la SNMSL a publié un communiqué pour exiger «le respect du périmètre d’action de tous les acteurs dans le secteur, ainsi que les lois et règlements en vigueur afin de garantir les droits des médecins exerçant dans le secteur privé».

Lois et exercice de la médecine
Le SNMSL critique l’exercice de la médecine par des médecins fonctionnaire rattachés au ministère de la Santé en se référant à la loi 13-131 sur l’exercice de la médecine et à l’article 15 du Code de la fonction publique. «C’est une atteinte à nos droits, aux droits des étudiants en médecins et aux patients qui ne disposent plus de médecins traitant», accuse ce syndicat.

Cette instance se réfère aussi une circulaire du ministre de la Santé datant de novembre 2012, interdisant aux médecins fonctionnaire d’exercer dans le secteur privé. Le ministère avait autorisé par ailleurs l’exercice de la médecine pour les professeurs universitaires dans le cadre du Temps plein aménagé (TPA). La convention autorisant ce TPA a été également contesté par le SNMSL. «Nous nous opposons contre ces pratiques qui nuisent au corps médical et il faut les affronter avec tous les moyens légitimes», appelle ce syndicat.

Lire aussi

Le SNMSL exhorte les médecins à s’opposer ce qu’il qualifié de «campagne immorale contre les professions médicales pour nuire à leur image et réputation. Le but de ces campagnes diffamatoires a pour unique but de servir les investisseurs et mettre à genou la médecine, le médecin, l’étudiant et le patient».

Pour rappel, Badreddine Dassouli a été reconduit pour un nouveau mandat à la tête du SNMSL. Le nouveau bureau est composé de quinze membres, dont quatre femmes.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés