Maroc

Maroc-UE : Bilan d’étape satisfaisant du jumelage parlementaire

Plusieurs actions concrètes visant à faciliter l’action parlementaire et à permettre aux députés de mieux cerner les enjeux législatifs ont été menées.


Un an après le lancement du projet de jumelage institutionnel conclu entre la Chambre des représentants, l’Assemblée nationale française et d’autres parlements européens, il est l’heure de procéder à un premier bilan d’étape. Mercredi après-midi au siège du Parlement, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, était en rendez-vous à ce sujet avec le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone, qui effectue une visite de travail au Maroc, à la tête d’une délégation parlementaire importante.

Une rencontre à laquelle ont également part Elisabeth Guigou, présidente de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française, et l’ambassadeur de France à Rabat. Les discussions ont notamment porté sur les moyens à même de renforcer la coopération parlementaire entre les deux institutions législatives. Il s’agit en fait d’aider les parlementaires à mieux s’acquitter de leur travail de production des lois et de contrôle de l’Exécutif. D’un point de vue technique, les deux partenaires ont insisté sur le soutien, en termes de conseil, pour les députés, surtout en période de discussion de la loi de Finances.

Plus en détail, le secrétaire général de la Chambre des représentants, Najib El Khadi, a expliqué que les résultats de mi-parcours ont également porté sur les pétitions et motions législatives, les politiques publiques, le contrôle de l’action parlementaire, la participation des femmes et la diplomatie parlementaire. Sans perdre de vue, l’administration parlementaire pour tout ce qui a trait à la gestion administrative et budgétaire, au système d’information, à la gestion des ressources humaines et à la bibliothèque de la Chambre et la gestion des archives. Ce jumelage a de multiples facettes, a souligné Bartolone qui, outre la transmission de compétence, a mis l’accent sur l’échange d’idées, avec l’adaptation toutefois aux spécificités de l’institution législative marocaine. Le projet de jumelage a notamment permis, au bout d’un an, de réaliser 38 missions, d’élaborer 35 rapports et de mobiliser 32 experts internationaux. Par ailleurs, deux outils de gestion sont en cours de finalisation, à savoir le référentiel et compétences du personnel de la Chambre des représentants et le projet de manuel de procédures administratives.

El Khadi a ajouté que plusieurs marchés d’équipements et de services en lien avec les thématiques du jumelage ont été lancés. Ils concernent l’acquisition de serveurs informatiques, d’une solution antivirale pour sécuriser le parc informatique de la chambre et d’un scanner pour la numérisation des documents à la chambre des représentants. 

Cet article vous a plu ? Pour nous permettre de continuer à financer la mise à disposition d’articles gratuits, vous pouvez regarder une courte publicité de votre choix en cliquant sur le bouton ci-dessous. Merci de votre soutien !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page