Maroc

Maroc-Turquie : belle victoire pour l’économie marocaine

Belle bataille de gagnée pour le Maroc ! L’épineux dossier des exportations massives de la Turquie vers le Maroc trouve une heureuse issue avec une belle victoire pour l’économie marocaine. Ainsi, le Maroc réussit à dresser une liste rouge de 1.200 produits comprenant des articles relevant du secteur du textile et habillement, le cuir, la métallurgie, l’électricité, le bois et l’automobile. Presque la totalité des produits textile y figurent.

Il faut dire que depuis son entrée en vigueur en 2006, les échanges entre les deux pays, sur la période 2006-2019 ont presque triplé pour atteindre 31,8 milliards de DH. Cette hausse des flux commerciaux a largement profité aux Turcs, en générant un déficit commercial de 19,5 milliards de DH en défaveur du Maroc.


Pour ces produits, les droits de douane seront reconduits sur une période de 5 ans renouvelable d’un commun accord. Sur cette liste sera appliqué un droit de douane équivalent à 90% du droit commun en vigueur. À titre d’exemple, pour un produit textile dont le droit commun s’élève à 40%, il sera prélevé 36% à celui en provenance de la Turquie. Soulignons qu’avant l’amendement, aucun dirham n’était prélevé. Secundo, les produits soumis actuellement à des mesures de défense commerciale vont s’ajouter à cette liste, dès l’expiration de ces mesures. Il s’agit notamment du fil machine, du contreplaqué, des réfrigérateurs… L’avenant à l’accord de libre-échange Maroc-Turquie vient d’être validé par le gouvernement, lors du conseil de gouvernement du jeudi 8 octobre. « Nous avons eu tout ce que nous avons demandé. L’avenant entrera en vigueur après l’accomplissement des procédures juridiques requises dans les deux pays, pour la ratification de l’accord», se félicite une source au sein du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique. L’avenant prévoit la tenue d’une réunion d’évaluation annuelle, à l’issue de laquelle cette liste rouge pourra être ajustée. S’y ajoute la réunion d’un comité mixte trois mois avant la date d’expiration de la première période de cinq ans.

Le Maroc a même pu introduire une disposition qui lui permet de rétablir le droit de douane sur les produits originaires de Turquie. Cette disposition permettrait par exemple au royaume de sauvegarder un pan de son tissu industriel, au cas où un produit causerait dommage à un secteur d’activité. Selon notre source, les Turcs ont accepté ces modifications. Suite à des négociations houleuses, l’avenant à l’accord de libre-échange Maroc-Turquie a été signé le 24 août dernier. Plusieurs constats justifient la demande marocaine de modifier l’accord.

En effet, depuis son entrée en vigueur en 2006, les échanges entre les deux pays, sur la période 2006-2019 ont presque triplé pour atteindre 31,8 MMDH. Cette hausse des flux commerciaux a largement profité aux Turcs, en générant un déficit commercial de 19,5 MMDH en défaveur du Maroc. Les accords commerciaux avec les États-Unis et l’Union européenne affichent également un déficit en défaveur du Maroc, mais ceux-ci sont atténués par d’étroites relations financières et des investissements importants au Maroc. Ce qui est quasi nul avec la Turquie.

Le ministre Moulay Hafid Elalamy a souligné cet état de fait lors de précédentes sorties, notamment le 15 janvier dernier à Rabat, lors de la rencontre avec Ruhsar Pekcan, la ministre turque du Commerce.

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page