Maroc

Maroc : les eaux de baignade classées en quatre catégories

Qualifiée de norme inclusive, la NM 03.7.199 serait plus sensible aux changements climatiques et permettrait une gestion proactive des plages. Présentation.

Le Maroc a adopté une nouvelle norme pour la surveillance de la qualité des eaux de baignade de ses plages. Il s’agit de la norme marocaine NM 03.7.199. En rodage depuis 2014, elle est officiellement entrée en vigueur cette année et remplace la NM 03.7.200 de laquelle elle est très différente. En effet, la norme NM 03.7.199 instaure une gestion proactive de la qualité des eaux de baignade basée sur la classification des eaux de baignade ainsi que sur l’établissement de profils des eaux de baignade, qui constituent des outils d’aide à la décision et qui permettent également de valoriser les actions entreprises par les gestionnaires des plages auprès du public. Cette norme fixe des dispositions sur trois volets: la surveillance et le classement de la qualité des eaux de baignade, la gestion de la qualité de ces eaux et l’information du public sur la qualité des eaux de baignade.


Une norme sensible aux changements climatiques
Selon Saber Lakranbi, du Centre d’études et de recherches sur l’environnement et la pollution du Laboratoire public d’essais et d’études (CEREP/LPEE), qui s’exprimait lors du webinaire organisé lundi dernier par le Département de l’environnement du ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement pour présenter les rapports 2020 sur la qualité des eaux de baignade et de sable des plages du royaume, «cette nouvelle norme vise l’excellence. Elle est inclusive, sensible aux changements climatiques et permet désormais de fournir des informations sur la qualité des eaux de baignade en temps réel». Les informations fournies par la nouvelle norme permettent de mieux connaître les caractéristiques des eaux de baignade du royaume. À travers elles, il est désormais possible d’observer les variations des résultats trouvés sur les différents sites de prélèvements, notamment les niveaux de chute et les pics au lieu de la moyenne des résultats que se contentait de fournir l’ancienne norme. L’évaluation de la qualité des eaux de baignade selon cette norme s’effectue sur la base des résultats d’analyse de deux paramètres microbiologiques, à savoir Escherichia Coli (E. Coli) et les Entérocoques intestinaux (EI). Leur classement repose sur des valeurs statistiques des percentiles 90 et 95 calculées à partir des résultats de l’année en cours et des trois saisons balnéaires précédentes puis comparées aux seuils limites (voir tableau ci-contre).

Une gestion basée sur des profils d’eaux de baignade
Dans la nouvelle norme aussi, les eaux de baignade sont classées en quatre catégories. Elles sont ainsi classées comme étant d’«excellente qualité» si, sur la base de l’ensemble des données relatives à la qualité collectées au cours de la dernière période d’évaluation, les valeurs du percentile pour les dénombrements bactériens sont égales ou supérieures aux valeurs «excellente qualité» indiquées au niveau du tableau de classification. Elles sont classées comme étant de «bonne qualité» si les valeurs du percentile pour les dénombrements bactériens sont égales ou meilleures que les valeurs «bonne qualité» indiquées au niveau du tableau de classification. Les eaux de baignade sont classées comme étant de «qualité suffisante» si les valeurs du percentile pour les dénombrements bactériens sont égales ou meilleures que les valeurs de «qualité suffisante» indiquées au niveau du tableau de classification. Les eaux de baignade d’«excellente qualité», de «bonne qualité» et de «qualité suffisante» sont déclarées conformes à la norme. En revanche, les eaux de baignade classées comme étant de «qualité insuffisante», c’est-à-dire que les valeurs du percentile pour les dénombrements bactériens sont moins bonnes que les valeurs «qualité suffisante» indiquées au niveau du tableau de classification, sont non-conformes à la norme. Pour la gestion des eaux de baignade, la nouvelle norme s’appuie sur des profils d’eaux de baignade. L’élaboration des profils des eaux de baignade a démarré en 2013, selon une démarche volontariste en concertation avec certains gestionnaires des plages, puis renforcée avec l’adoption de la nouvelle norme marocaine NM 03.7.199 à partir de 2014. Au total, 144 profils des eaux de baignade ont été réalisés jusqu’en 2019, dont 17 ont fait l’objet d’une actualisation selon les exigences de la nouvelle norme. Ces profils permettent notamment d’identifier les sources de pollution susceptibles d’avoir un impact sur la qualité des eaux de baignade et d’affecter la santé des baigneurs et à définir, dans le cas où un risque de pollution est identifié, les mesures de gestion à mettre en œuvre pour assurer la protection sanitaire de la population et des actions visant à supprimer ces sources de pollution. «Au total, 3 régions sur 9 ont affiché un taux de conformité de 100% par rapport à la nouvelle norme. Toutefois, le taux de conformité global se situe à 82%, ce qui est très encourageant par rapport aux normes européennes», est-il souligné.

Aziz Diouf
Les Inspirations ÉCO

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer