Éco-Business

Maroc-Bulgarie. Coup de pouce aux relations économiques

La Bulgarie souhaite imprimer une nouvelle dynamique à sa coopération avec le Maroc, d’où la visite officielle de son Premier ministre accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires bulgares.


La fin du mois de novembre s’est caractérisée par l’intensification des relations bilatérales du Maroc avec ses partenaires étrangers. Après la visite de la Princesse Astrid et sa mission économique belge, c’est au tour des bulgares de renforcer leur coopération avec les acteurs économiques marocains. En effet, le Premier ministre de la République de Bulgarie, Boyko Borissov, a conduit une mission économique au Maroc, regroupant une importante délégation d’hommes d’affaires bulgares. Au courant de cette visite officielle dans le Royaume, Boyko Borissov a appelé à revigorer la coopération économique bilatérale en vue de la hisser au niveau des relations unissant le Maroc et la Bulgarie. Le Premier Ministre a ainsi, insisté sur la nécessité de renforcer la coopération sécuritaire afin de faire face aux défis communs, notamment la menace terroriste et l’immigration illégale, lors de sa rencontre avec Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers.

Secteur privé
Toujours dans le cadre de cette visite officielle, les hommes d’affaires marocains et bulgares ont plaidé pour des partenariats pour stimuler les échanges commerciaux bilatéraux. Lors d’une séance de travail présidée par le ministre bulgare de l’économie, Emile Karnikolov, et le vice-président général de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Faïçal Mekouar, les deux parties ont été unanimes à souligner la nécessité d’ouvrir une nouvelle page dans les relations bilatérales, en leur insufflant une nouvelle dynamique à travers notamment l’implication du secteur privé, appelé à identifier des partenariats stratégiques dans divers secteurs. «Nous sommes prêts à soutenir les entreprises Marocaines qui souhaiteraient investir en Bulgarie dans des secteurs assurant une forte valeur ajoutée et une compétitivité de l’économie», a souligné Karnikolov. Il a fait observer qu’il existe d’excellentes potentialités pour attirer des investissements Marocains dans les zones industrielles Bulgares. «Assistance et soutien aux nouveaux investisseurs sont offerts par la Compagnie Nationale des Zones Industrielles, dont le propriétaire unique du capital est le Ministère de l’Economie de la République de Bulgarie», a-t-il assuré. De son coté, Faïçal Mekouar a exprimé la volonté de la CGEM, en tant que représentant du secteur privé, de donner une «impulsion forte» aux relations entre la Bulgarie et le Maroc, citant une série de secteurs où les Hommes d’affaires bulgares doivent saisir les opportunités offertes, notamment l’agriculture, l’agroalimentaire, les énergies renouvelables et les infrastructures.

Exportations
Par ailleurs, de son coté, l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) a organisé une rencontre d’affaires maroco-bulgare. Cette rencontre avait pour objectif de présenter les atouts de la Bulgarie, notamment sur le plan industriel. Le président de l’ASMEX, Hassan Sentissi El Idrissi a déclaré lors de cette rencontre: «en tant que représentant des exportateurs, notre rôle est d’œuvrer vers une coopération solide avec nos partenaires bulgares tout en mettant en avant les avancées de notre pays sur le plan industriel». Plus de 120 acteurs économiques marocains ont été présents à cette rencontre et se sont entretenus avec leurs homologues bulgares dans une optique de favoriser le développement de partenariats win-win. Plusieurs secteurs ont été représentés par les entreprises bulgares dont notamment : Les BTP, l’agro-industrie et les NTIC. Des rencontres B2B ont été organisées et qui ont permis de favoriser les opportunités business. Les participants bulgares ont eu l’occasion de s’enquérir des actions engagées par l’Association Marocaines des Exportateurs (ASMEX) et l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE) en faveur de la promotion de l’offre exportable nationale.

Sécurité sociale
La Bulgarie souhaite également imprimer une nouvelle dynamique à sa coopération avec le Maroc, notamment dans le domaine de la sécurité sociale, a affirmé le ministre bulgare du Travail et de la Politique sociale, Biser Petkov. «Nous allons procéder à la signature d’un arrangement administratif relatif à l’application de la convention bilatérale sur la sécurité sociale, signée en 2016», a indiqué Petkov, dans une déclaration à la presse à l’issue d’entretiens avec le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim. L’arrangement bénéficiera aussi bien aux ressortissants bulgares installés dans le Royaume qu’aux Marocains qui travaillent en Bulgarie. La signature de cet accord permettra également de protéger les droits des citoyens des deux pays. De son côté, Yatim a souligné que l’arrangement administratif bilatéral va encourager davantage la mobilité de la main d’œuvre entre le Maroc et la Bulgarie, garantissant ainsi leurs droits sociaux. Yatim a d’autre part fait savoir qu’une visite aura lieu en Bulgarie en début de l’année prochaine avec pour objectif de mettre en place d’autres mécanismes en matière de coopération bilatérale. 


Relations bilatérales

Sur le plan bilatéral, les échanges commerciaux entre le Maroc et la Bulgarie sont faibles et représentent une part infime du global des échanges extérieurs du Maroc (0,37% du total des échanges commerciaux du Maroc en 2017). Par ailleurs, il faut noter que malgré leur instabilité, les exportations et les importations ont connu une croissance spectaculaire à partir de 2010, une année qui coïncide avec la 9ème session de la Commission Intergouvernementale Maroco-Bulgare et qui intervient après l’adhésion de la Bulgarie à l’UE en 2007. Le volume global des échanges commerciaux entre les deux pays a connu une évolution fluctuante durant les 17 dernières années, passant ainsi de 348 MDH en 2000 à 2,5 MMDH en 2017, en enregistrant un taux de croissance moyen de l’ordre de 21%. Ceci s’explique par une croissance moyenne des exportations de 67% et des importations de 33% entre 2000 et 2017.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer